Assurances : des demandes de médiations de plus en plus nombreuses

La rédaction avec AFP • 16 Juin 2017 • 15:22

En 2016, le médiateur français de l'assurance a reçu près de 15.000 demandes de la part d'assurés, soit 53% de plus qu'il y a un an, selon un rapport.

Assurances : des demandes de médiations de plus en plus nombreusesPour éviter les litiges, le médiateur requiert un "questionnement effectif" de la part des assureurs à l'assuré

15.000 demandes d'assurés au médiateur français de l'assurance. Un chiffre en hausse de 53% sur un an, a dévoilé un rapport.

La majorité des 56% saisines recevables l'année dernière, a été résolue avec l'aide de la médiation et avant la formalisation d'un avis, a précisé le médiateur à l'occasion de la publication de son premier rapport annuel. C'est en moyenne 28% des avis formalisés, qui ont donné raison aux assurés, est-il ajouté.

Plus de la moitié des demandes concernent les assurances de biens

L'année dernière, les saisines ont concerné les assurances de biens à hauteur de 56%, et les assurances de personnes à hauteur de 44%. Au sein de cette deuxième catégorie, les saisines ont porté en priorité sur les assurances automobiles (37%) et emprunteur (24%).

Le médiateur a permis de "limiter les saisines, en aval, des tribunaux. A cet égard, le suivi des avis par les entreprises d'assurance dans 99% des cas et le fait que seuls deux assurés recensés aient saisi les tribunaux en 2016, postérieurement à un avis, constituent deux résultats majeurs", a déclaré la jeune autorité.

Un "questionnement effectif" pour les assurés

Pour éviter les litiges, le médiateur requiert un "questionnement effectif" de la part des assureurs à  l'assuré, pour lui opposer une éventuelle fausse déclaration, à davantage de pédagogie sur les conséquences de la conduite en état d'ébriété ou encore un rappel des modalités de résiliation.

Il est notamment suggéré aux souscripteurs de contrat d'assurance-vie de prêter attention à la clause bénéficiaire, afin notamment d'éviter toute "déshérence", situation d'un contrat pour lequel le capital n'a pu être versé, généralement faute de pouvoir identifier les bénéficiaires.

Depuis le 1er septembre 2015, l'industrie de l'assurance française s'est munie d'une médiation unique, conformément à la généralisation exigée par Bruxelles d'une médiation de la consommation à destination de l'ensemble des consommateurs européens.   

>> A lire aussi : La médiation 2016 de l'AMF toujours orientée vers l'épargne salariale et la spéculation sur internet

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les assurances de prêt

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X