Comment les attentats ont fait chuter les prix de l'immobilier niçois

La rédaction avec AFP • 15 Décembre 2016 • 15:06

Sur la promenade des Anglais, le marché immobilier recule. Un repli causé par les attentats du 14 juillet dernier, à l'impact du Brexit, mais aussi à la politique fiscale de la ville où il est interdit de construire plus haut que 10 étages.

Comment les attentats ont fait chuter les prix de l'immobilier niçoisA Nice, les prix des appartements anciens ont baissé de 3,4% sur les trois derniers mois

A Nice, les prix des appartements anciens sont à contre-courant de la moyenne nationale. Selon le dernier baromètre LPI-Seloger, ils ont baissé de 3,4% sur les trois derniers mois, à cause des attentats du 14 juillet dernier, du Brexit, mais également de la politique fiscale, entrainant une baisse des visites de la clientèle étrangère, britannique et russe notamment.

"Il y a un ralentissement du marché en général sur toute la Côte d'Azur, de Monaco à Cannes", a précisé à l'AFP Kirkor Ajderhanyan de Promenade 107, à charge de la majorité des transactions sur la fameuse Promenade des Anglais. Cependant, il ajoute que "des opportunités qu'on n'a jamais vues depuis de longues années" sont à réaliser sur les Champs-Elysées niçois.

"L'heure des bonnes affaires"  

Cette pénurie de visiteurs est, pour les agents immobiliers, le signe de "l'heure des bonnes affaires" quand on est investisseur à la recherche d'une résidence secondaire. "Il y a des opportunités qu'on n'a jamais vues depuis de longues années", affirme ainsi Kirkor Ajderhanyan, misant parallèlement sur l'arrivée du tramway en 2018 pour soutenir les prix.

Les prix varient du simple au triple sur la Promenade. Du n°1 jusqu'au célèbre hôtel Negresco, près du Carré d'Or d'où l'on peut rallier l'Opéra ou le casino à pied, le m² se vend 10 à 12.000 euros. Plus loin, on tombe à 8.000 euros/m²A 90% c'est un marché de résidences secondaires, souvent payées comptant. 

"L'attentat a été un moment difficile. On a eu un avant et un après. C'est la première fois que j'ai été très inquiet dans mon métier. Après j'ai été rassuré, il n'y a pas plus de panneaux de vente sur la Promenade" a indiqué à l'AFP Benjamin Mondon, un vendeur star du réseau Century 21.

>> A lire aussi : Le Portugal en proie à une fièvre immobilière

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobilier

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X