La Bourse de Paris démarre l'année du mauvais pied (-2,33%)

La rédaction avec AFP • 02 Janvier 2019 • 10:01

La Bourse de Paris évoluait en forte baisse mercredi peu après l'ouverture (-2,33%), rattrapée par les craintes de ralentissement économique mondial, dans un contexte marqué par de nombreuses incertitudes politiques.

La Bourse de Paris démarre l'année du mauvais pied (-2,33%). . .

A 09H40 (08H40 GMT), l'indice CAC 40 perdait 101,35 points à 4.620,34 points. Lundi, il avait terminé une année 2018 difficile sur une hausse de 1,11%.

"Les marchés ont décroché à la suite de la publication des chiffres de l'activité manufacturière en Chine", a expliqué à l'AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion.

L'activité des manufactures chinoises s'est dégradée fin 2018, malgré une légère amélioration de la production, a indiqué avant la séance parisienne l'indice indépendant Caixin.

"Même si c'est léger, c'est la première fois que la santé du secteur empire depuis mai 2017" en passant sous la barre des 50, un chiffre qui témoigne d'une contraction de l'activité, souligne Caixin.

Cette statistique "conforte les investisseurs dans leur scénario pessimiste d'un ralentissement économique marqué en 2019", a souligné M. Larrouturou.

Le CAC 40 subit une baisse plus marquée que certains de ses homologues européens du fait qu'il fut "l'un des seuls grands marchés ouverts lundi", a précisé l'expert.

Dans ce contexte, les investisseurs restaient attentifs à toute information concernant les relations commerciales sino-américaines, les deux géants ayant convenu d'une trêve début décembre pour tenter de résoudre leur conflit, dont les effets sur l'économie se font déjà sentir.

- L'ensemble du CAC 40 dans le rouge -

Par ailleurs, ils continuaient de surveiller la situation aux Etats-Unis, où la paralysie partielle des administrations fédérales est entrée dans sa deuxième semaine, faute d'accord entre le président américain et les démocrates.

Le mur promis par le président américain à la frontière avec le Mexique est au coeur de l'impasse budgétaire qui a provoqué ce "shutdown".

Donald Trump a invité mardi les responsables républicains et démocrates au Congrès à une rencontre pour tenter de mettre fin à ce blocage.

"La confiance dans l'économie américaine s'est en partie érodée sur fond de bataille politique, mais les investisseurs s'inquiètent surtout du manque de clarté", a estimé David Madden, un analyste de CMC Markets.

"Le fossé entre les deux camps est large", a-t-il ajouté.

Du côté des indicateurs, les investisseurs étaient dans l'attente de l'indice PMI manufacturier pour le mois de décembre en zone euro et dans différents pays dont la France et l'Allemagne.

En matière de valeurs, l'ensemble du CAC 40 évoluait dans le rouge.

Les valeurs pétrolières cédaient du terrain dans le sillage des cours du brut. Total perdait ainsi 2,83% à 44,88 euros, TechnipFMC 5,69% à 16,65 euros et CGG 5,97% à 1,09 euro.

Le secteur automobile était mal orienté, malgré une progression de près de 3% en 2018 du marché français des voitures neuves. Peugeot cédait 3,22% à 18,05 euros, Renault 3,45% à 52,67% euros, Michelin 3,28% à 83,86 euros et Valeo 4,12% à 24,46 euros.

Le luxe était également à la peine, à l'instar de Kering (-3,11% à 398,80 euros), LVMH (-2,58% à 251,55 euros) et Hermès (-2,17% à 474,30 euros).

vac/fka/mcj

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X