La Bourse de Paris ne se départit pas de sa prudence (-0,15%)

La rédaction avec AFP • 12 Octobre 2017 • 09:44

La Bourse de Paris refluait légèrement juste après l'ouverture jeudi (-0,15%), l'attentisme étant de nouveau de mise avant la publication en début d'après-midi des résultats des banques américaines.

La Bourse de Paris ne se départit pas de sa prudence (-0,15%)Léger reflux pour la Bourse de Paris juste après l'ouverture

A 09H18 (07H18 GMT), l'indice CAC 40 perdait 7,95 points à 5.354,46 points. La veille, il avait fini stable (-0,02%).

"En Europe, la séance ne s'annonce pas beaucoup plus active que les précédentes", ont estimé les analystes de Aurel BGC.

Depuis plus d'une semaine l'indice se maintient dans une fourchette étroite entre 5.340 et 5.380 points.

"C'est la journée des banques avec les résultats attendus de JPMorgan et Citigroup avant l'ouverture des indices américains", ont-ils poursuivi. "Les résultats pourraient être mitigés, en raison de la faiblesse de la croissance des prêts, mais aussi parce que la volatilité très réduite sur les marchés devraient peser sur les revenus de la banque d'investissement", selon eux.

Jeudi, à la mi-journée, les géants bancaires américains JPMorgan Chase et Citigroup publieront en effet leurs résultats pour le troisième trimestre, tandis que vendredi, ce sera le tour de Bank of America et Wells Fargo.

Sur les marchés américains, "le secteur financier a été l'un des moins performants" et le consensus des analystes s'attend "à ce que les résultats des banques soient freinés par des volumes d'activités de trading plus faibles que l'an passé", ont également relevé les experts de Mirabaud Securities Genève.

Fête nationale espagnole

La situation en Catalogne restera aussi un sujet d'attention, même si le marché ne s'est jusqu'ici pas laissé vraiment déstabiliser par ces difficultés.

L'Espagne célèbre jeudi sa fête nationale, alors que l'unité du pays est mise à mal par la crise entre la Catalogne et Madrid, qui a donné jusqu'au 19 octobre au dirigeant catalan pour revenir sur sa déclaration d'indépendance s'il veut éviter la suspension de l'autonomie de sa région.

Du côté des indicateurs, l'agenda est bien rempli avec, en zone euro, la production industrielle en août. En France, les prix à la consommation ont reculé de 0,2% sur un mois en septembre, selon une estimation définitive donnée par l'Insee.

Aux États-Unis, les prix à la production en septembre, les demandes hebdomadaires d'allocation chômage et les stocks hebdomadaires de pétrole brut sont aussi au programme.

En matière de valeurs

Vivendi prenait 1,36% à 21,56 euros après avoir annoncé qu'il allait retirer de la Bourse l'agence publicitaire Havas (+2,63% à 9,28 euros), dont il a acquis la quasi-totalité du capital, alors qu'il affirmait jusqu'ici vouloir maintenir sa cotation.

AccorHotels grappillait 0,10% à 43,45 euros dans la foulée de l'annonce de la signature d'un accord avec les dirigeants de la société australienne Mantra, qui ont accepté l'offre de rachat du géant français de l'hôtellerie.

Sanofi perdait 0,85% à 83,70 euros après un abaissement de sa recommandation à "sous-performer" par Mainfirst. Le groupe pharmaceutique a pour sa part annoncé qu'il va investir 170 millions d'euros pour agrandir son site de Val-de-Reuil (Eure), spécialisé dans la production de vaccins, notamment contre la grippe.

Eurofins bénéficiait (+0,22% à 541,80 euros) de l'annonce du rachat du leader britannique du marché des analyses légales (analyses ADN, toxicologiques, expertises sur armes à feu ou des ordinateurs), LGC Forensics.

JCDecaux reculait de 0,66% à 32,19 euros. Le groupe a fait l'objet de deux changements de recommandations contradictoires. HSBC a abaissé la sienne à "réduire" mais Citi l'a remonté à "acheter".

Elis était soutenu pour sa part (+1,08% à 23,02 euros) par un relèvement de la sienne par HSBC à "acheter".

ADP profitait (+0,43% à 139,25 euros) d'une hausse du trafic de 4,7% en septembre avec un trafic international en forte progression notamment sur l'Outre-mer.

EDF montait de 0,87% à 11 euros. Des militants de Greenpeace ont pénétré sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom (Lorraine), mais ont été "stoppés" par les gendarmes avant la "zone nucléaire".

>> A lire également > Séance atone à la Bourse de Paris, entre Catalogne et premiers résultats (-0,02%)

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X