Habitat indigne à Marseille: le sénateur Bruno Gilles demande un "plan Marshall"

La rédaction avec AFP • 15 Novembre 2018 • 14:54

Dix jours après l'effondrement meurtrier de deux immeubles à Marseille, le sénateur des Bouches-du-Rhône Bruno Gilles (Les Républicains) en appelle à l'État pour mettre en place un "plan Marshall" afin de "faire en sorte que ça n'arrive plus".

Habitat indigne à Marseille: le sénateur Bruno Gilles demande un "plan Marshall". . .

Bruno Gilles, un proche du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, a présenté à la presse "un plan en 7 points" devant permettre de "travailler tous ensemble" sur le problème de l'habitat indigne, qui concerne à Marseille 40.000 logements.

L'effondrement de deux immeubles a fait huit morts le 5 novembre rue d'Aubagne, soulevant un vent de critiques à l'égard de la gestion de Jean-Claude Gaudin (LR), aux manettes de la ville depuis 23 ans. "On n'en a pas assez fait" pour éradiquer l'habitat insalubre, a reconnu dimanche le maire de Marseille, près d'une semaine après les faits.

M. Gilles a adressé quatre courriers, à Emmanuel Macron, Édouard Philippe, et deux ministres, Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires) et Julien Denormandie (Logement).

Il en "appelle à l'État" pour "la création d'une Orcod (Opération de requalification des copropriétés dégradées), déclarée d'intérêt national, pour accélérer les rénovations des habitats indignes du centre-ville". Ce type d'opération "permet à l'État de prendre la main" pour coordonner "un travail tous ensemble". Il n'en existe que deux, a-t-il précisé, en banlieue parisienne.

M. Gilles demande aussi à l'État la création d'une "zone franche urbaine" pour les secteurs les plus sinistrés du centre-ville. La ZFU permet le déblocage d'aides fiscales pour les commerces et les professions libérales et "d'avoir un levier pour la rénovation de l'habitat".

Le sénateur, qui a présenté en septembre sa candidature à la mairie de Marseille en 2020, décline aussi une série de propositions localement, comme la création de logements sociaux ou la mise en place d'une "brigade dédiée à l'habitat indigne", intégrée à la police municipale.

Bruno Gilles suggère en outre de mettre sur pied un "permis à louer", pour "systématiser les contrôles des logements en passe d'être loués", ainsi qu'une "veille à l'habitat indigne" pour centraliser les signalements de médecins, infirmières, etc. qui visitent les populations.

Autre proposition du candidat à la succession de Jean-Claude Gaudin: la création, au sein de l'équipe municipale, d'une délégation unique en charge de l'éradication de l'habitat insalubre.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobilier

Notre fil d'info