Habitat indigne à Marseille: le sénateur Bruno Gilles demande un "plan Marshall"

La rédaction avec AFP • 15 Novembre 2018 • 14:54

Dix jours après l'effondrement meurtrier de deux immeubles à Marseille, le sénateur des Bouches-du-Rhône Bruno Gilles (Les Républicains) en appelle à l'État pour mettre en place un "plan Marshall" afin de "faire en sorte que ça n'arrive plus".

Habitat indigne à Marseille: le sénateur Bruno Gilles demande un "plan Marshall". . .

Bruno Gilles, un proche du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, a présenté à la presse "un plan en 7 points" devant permettre de "travailler tous ensemble" sur le problème de l'habitat indigne, qui concerne à Marseille 40.000 logements.

L'effondrement de deux immeubles a fait huit morts le 5 novembre rue d'Aubagne, soulevant un vent de critiques à l'égard de la gestion de Jean-Claude Gaudin (LR), aux manettes de la ville depuis 23 ans. "On n'en a pas assez fait" pour éradiquer l'habitat insalubre, a reconnu dimanche le maire de Marseille, près d'une semaine après les faits.

M. Gilles a adressé quatre courriers, à Emmanuel Macron, Édouard Philippe, et deux ministres, Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires) et Julien Denormandie (Logement).

Il en "appelle à l'État" pour "la création d'une Orcod (Opération de requalification des copropriétés dégradées), déclarée d'intérêt national, pour accélérer les rénovations des habitats indignes du centre-ville". Ce type d'opération "permet à l'État de prendre la main" pour coordonner "un travail tous ensemble". Il n'en existe que deux, a-t-il précisé, en banlieue parisienne.

M. Gilles demande aussi à l'État la création d'une "zone franche urbaine" pour les secteurs les plus sinistrés du centre-ville. La ZFU permet le déblocage d'aides fiscales pour les commerces et les professions libérales et "d'avoir un levier pour la rénovation de l'habitat".

Le sénateur, qui a présenté en septembre sa candidature à la mairie de Marseille en 2020, décline aussi une série de propositions localement, comme la création de logements sociaux ou la mise en place d'une "brigade dédiée à l'habitat indigne", intégrée à la police municipale.

Bruno Gilles suggère en outre de mettre sur pied un "permis à louer", pour "systématiser les contrôles des logements en passe d'être loués", ainsi qu'une "veille à l'habitat indigne" pour centraliser les signalements de médecins, infirmières, etc. qui visitent les populations.

Autre proposition du candidat à la succession de Jean-Claude Gaudin: la création, au sein de l'équipe municipale, d'une délégation unique en charge de l'éradication de l'habitat insalubre.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobilier

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X