Ingenico renonce au mariage, pour l'instant

La rédaction avec AFP • 17 Décembre 2018 • 12:42

Le groupe français de solutions de paiement Ingenico, qui était convoité notamment par la banque Natixis, a indiqué lundi qu'il renonçait pour l'instant au mariage, préférant se concentrer sur "l'accélération de sa performance".

Ingenico renonce au mariage, pour l'instant. . .

Ingenico "a décidé de ne pas donner suite aux approches préliminaires dont elle a fait l'objet en vue d'une opération stratégique", et "le conseil d'administration a décidé de mettre fin aux travaux du comité ad hoc", précise le groupe dans un communiqué.

La Bourse a sanctionné la décision du groupe, le titre plongeant de plus de 6% à 53,80 euros vers 11h30 (10h30 GMT), dans un marché en léger repli.

Sollicitée par l'AFP, Natixis n'a pas souhaité commenter immédiatement la décision d'Ingenico.

L'analyste Richard-Maxime Beaudoux chez Bryan Garnier ne s'est pas montré surpris de la décision du groupe français.

Le rapprochement avec Natixis était "une idée de Philippe Lazare", l'ancien PDG d'Ingenico poussé vers la sortie début novembre, après avoir passé onze années aux commandes de l'entreprise, a-t-il relevé.

Le nouveau tandem dirigeant d'Ingenico, le président du conseil d'administration Bernard Bourigeaud et le directeur général Valentin Huss ont pour priorité d'améliorer la rentabilité de son activité historique de terminaux de paiements, pour ensuite la vendre, a-t-il indiqué.

Ils pourront ensuite se consacrer à l'avenir de la branche des services de paiements, celle-là même que convoitait Natixis, et probablement étudier à nouveau à ce moment-là un rapprochement, selon l'analyste.

"Une fois qu'ils auront revendu la partie terminaux, je ne les vois pas ne pas s'adosser à un autre acteur, car dans ce métier, il faut être gros, il faut avoir de la surface", a-t-il estimé.

Bryan Garnier a maintenu sa recommandation sur le titre à "acheter" et son objectif de cours à 67 euros.

Si l'activité terminaux améliore sa rentabilité, l'action peut monter jusqu'à 80 euros, estime Richard-Maxime Beaudoux.

Sous la houlette de Philippe Lazare, d'abord directeur général à partir de 2007 puis PDG à partir de 2010, Ingenico a plus que quintuplé son chiffre d'affaires, aujourd'hui de 2,7 milliards d'euros par an.

- Numérisation de l'économie -

Mais l'action, qui valait environ 25 euros à la fin 2010, a connu un parcours contrasté, avec une forte croissance jusqu'en 2015, atteignant un sommet de 124 euros pendant l'été, avant de redescendre ensuite, plombée par plusieurs déceptions sur des marchés importants comme les États-Unis.

C'est Philippe Lazare qui a piloté la montée en puissance du groupe dans le services de paiements, qui jouent un rôle crucial avec la numérisation de l'économie et l'essor des paiements en ligne.

Ingenico a ainsi racheté en 2017 le groupe suédois Bambora, un spécialiste des services de paiement électronique tout compris aux PME, pour 1,5 milliard d'euros.

M. Bourigeaud, le nouveau président du conseil d'administration, est le fondateur du géant informatique français Atos, qu'il a dirigé pendant 17 ans.

M. Huss de son côté a été le PDG de Visa Europe de 2013 à 2017, a aussi travaillé chez GE Capital et Bank of America.

Au troisième trimestre 2018, Ingenico avait annoncé un chiffre d'affaires en nette hausse pour le troisième trimestre à 687 millions d'euros (+15% en données publiées, +8% en croissance organique), mais révisé à la baisse sa prévision de rentabilité.

Le groupe avait indiqué qu'il prévoyait désormais un excédent d'exploitation (Ebitda) de 510 millions d'euros, contre 545 millions d'euros attendus jusqu'alors.

pan-lby/ef/tes

 

 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les banques en ligne

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X