Interdiction de la publicité en ligne : l'AMF espère voir baisser les arnaques

La rédaction avec AFP • 10 Janvier 2017 • 16:31

L'Autorité des marchés financiers (AMF) espère que les offres de placement frauduleuses sur internet liées aux marchés des changes vont "baisser dès cette année" grâce à l'interdiction de la publicité en ligne sur les produits financiers les plus risqués.

Interdiction de la publicité en ligne : l'AMF espère voir baisser les arnaquesLa loi Sapin II prévoit l'interdiction de la publicité en ligne sur les produits financiers les plus risqués.

"Ce fléau de l'épargne est un cheval de bataille de l'AMF depuis des années" et "nous espérons bien obtenir une baisse dès cette année" du nombre d'épargnants lésés, grâce au mécanisme voté dans la loi Sapin II qui vient d'entrer en vigueur, a expliqué mardi 10 janvier à la presse Benoît de Juvigny, le secrétaire général de l'AMF.

La principale cible du régulateur est le marché des changes ou forex, l'un des plus grands marchés financiers mondiaux, sur lequel s'échangent les monnaies. Il est ouvert 24 heures sur 24, mais n'est pas régulé, contrairement à ceux dédiés aux actions. La bataille est d'autant plus ardue qu'aux escrocs opérant sur ce marché s'ajoutent des courtiers légalement agréés, mais dans des pays moins regardants quant à la sécurité des consommateurs, à Chypre notamment. Pour tenter de "couper le robinet dès le départ", "le régulateur s'est emparé de tous les moyens à sa disposition et a notamment proposé" d'interdire la publicité sur ces produits, a rappelé Benoît de Juvigny.

Jusqu'à 100.000 euros d'amende par publicité

Pour toucher tous les prestataires, même ceux installés hors de France, la disposition concerne l'ensemble de la chaîne des acteurs publicitaires et relève à la fois de l'AMF et de Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), a détaillé l'AMF. Toute la communication au public en ligne, y compris sur les téléphones mobiles, les réseaux sociaux, ainsi que la communication audiovisuelle est concernée par l'interdiction.

Il faut savoir que "la publicité sur internet représente le mode de recrutement massif des particuliers", a précisé le gendarme boursier. La sanction pourra aller jusqu'à 100.000 euros d'amende par publicité, a ajouté le régulateur. Au-delà de ces dispositions, l'AMF a réaffirmé l'importance de la prévention pour protéger les particuliers, car "la promesse d'un gain facile et sans risque est un leurre absolu".

>>Lire aussi : Investir dans les diamants : l'AMF prévient contre les offres frauduleuses

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter sur l'immobilier, la banque et l'assurance

Gérez au mieux votre
argent, faites des économies
et profitez gratuitement
de tous nos bons plans