Panorimmo : seize personnes jugées pour escroquerie immobilière

Marie Nahmias (avec AFP) • 09 Mars 2016 • 15:42

Le procès de seize personnes, jugées dans le cadre d'une enquête pour escroquerie immobilière, commence ce mercredi au tribunal correctionnel de Paris. Cette affaire de grande ampleur a fait, entre 2001 et 2004, plus d'un millier de victimes.

Panorimmo : seize personnes jugées pour escroquerie immobilièrePanorimmo facturait de fausses prestations entre 2.400 et 19.000 euros

C'est un procès qui promet d'être long. Ce mercredi 9 mars, débute le jugement de seize personnes accusées d'escroquerie, de publicité mensongère, d'abus de faiblesse et autres malversations dans une vaste affaire d'arnaque immobilière. Plus de 1.000 particuliers ont été touchés par cette escroquerie, principalement des personnes malades, âgées ou en difficulté financière. Elles seront représentées lors de cette audience par quelque 200 avocats.

Le début de cette arnaque de grande ampleur remonte à 2001. Cette année-là, est créée la société Panorimmo qui se présente comme "marchand de liste". Le concept est de proposer des listes de logements à vendre ou à louer. Le client en payant peut ensuite consulter ces listes avec les coordonnées des propriétaires. Tout ceci sans passer par l'intermédiaire d'une agence.

>>Lire aussi : Nouvelle arnaque au prêt immobilier

De fausses prestations facturées entre 2.400 et 19.000 euros

Panorimmo a fait croire à ses clients que leur bien immobilier pouvait se vendre très rapidement et qui plus est à des prix supérieurs à ceux du marché. Pour arriver à ses fins et convaincre les particuliers, la société expliquait "drainer des millions de contacts potentiels en France et à l'étranger" et "développer une puissante force de communication".

Les commerciaux facturaient ainsi à leurs clients des prestations entre 2.400 et 19.000 euros. Les ménages avaient alors deux options pour régler cette somme d'argent. Ils pouvaient payer par chèque ou en souscrivant à crédit supposé être "gratuit" auprès de Creatis, qui était à l'époque la filiale du Crédit municipal de Lille.

Sur le contrat figurait même la mention "satisfait ou remboursé". Pourtant après avoir réglé ce qu'ils devaient à Panorimmo, les particuliers sont restés sans nouvelle de la société et n'ont bien sûr reçu aucune offre concernant leur bien immobilier.

La société est mise en liquidation en 2004

La supercherie est assez vite démasquée. En 2002, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes est alertée de certains agissements douteux concernant la société. Panorimmo est mise en liquidation en 2004.

Les commerciaux, les fondateurs de la société et les représentants de la banque Creatis impliqués dans l'affaire ne ciblaient pas n'importe qui. Parmi toutes les victimes, beaucoup étaient affaiblies et vulnérables en raison de leur âge, de leur maladie ou de leur précarité.

>>Lire aussi : Attention à ces faux mails de l'ACPR, victime d'escroquerie

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobilier

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X