Les personnes seules sont les plus touchées par le surendettement

Anissa Hammadi avec AFP • 01 Juillet 2015 • 11:09

Les personnes isolées ont à nouveau été les plus concernées parmi les dossiers de surendettement jugés recevables en 2014 (64,6 %). La majorité d'entre elles n'avait pas de personne à charge (51,5%), selon une étude publiée mercredi.

Les personnes seules sont les plus touchées par le surendettementLe montant moyen des dettes par dossier a légèrement crû pour passer de 38 446 euros en 2013 à 40 253 euros en 2014.

Locataire, sans enfant, salarié à faible revenu : voilà le profil "type" d'une personne surendettée en 2014. Sur les 230 935 dossiers déposés auprès des commissions de surendettement (+3,5 %) cette année-là, 205 787 ont été jugés recevables, un chiffre également en hausse.

Parmi eux, plus des trois-quarts (77,5 %) concernaient des locataires. Mais la part des propriétaires et des accédants à la propriété a continué à croître, augmentant de 0,6 point pour atteindre 10,8%, a souligné la Banque de France mercredi 1er juillet.

"Cette évolution, qui peut traduire des difficultés accrues de la part des personnes propriétaires ou accédant à la propriété, doit également être rapprochée de l'évolution des pratiques des commissions de surendettement qui (...) apprécient de manière plus large la recevabilité des dossiers dans lesquels un bien immobilier est recensé", précise l'institution dans un communiqué.

Moins de 2 000 euros de revenu mensuel

La part des dossiers comportant un endettement immobilier, lié à l'achat d'un bien ou à des travaux, a aussi progressé d'un point pour atteindre 11,8 %. Dans le même temps, la part des surendettés salariés en activité a légèrement baissé (-0,5 point à 37,2 %) tandis que celle des surendettés au chômage est restée stable (28,7 %).

Ce sont également 76,3 % des foyers surendettés qui ont des ressources mensuelles inférieures ou égales à 2 000 euros, ces faibles revenus affectant évidemment leur capacité de remboursement.

Le montant moyen des dettes par dossier a légèrement crû pour passer de 38 446 euros en 2013 à 40 253 euros en 2014. En moyenne, l'encours de dettes immobilières par dossier a grimpé de 3 %, à 106 407 euros, et l'encours de dettes à la consommation a baissé de 2 %, à 21 772 euros.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les rachats de crédits

Notre fil d'info