Wall Street recule, décortiquant un rapport sur l'emploi

La rédaction avec AFP • 07 Décembre 2018 • 15:30

La Bourse de New York reculait vendredi peu après l'ouverture, alternant entre hausse et baisse après la publication d'un rapport mensuel sur l'emploi et les suites des discussions commerciales entre Pékin et Washington.

Wall Street recule, décortiquant un rapport sur l'emploiLa statue de George Washington devant l'entrée de la Bourse de New York, le 30 novembre 2018. AFP/Archives. Angela Weiss.

Vers 15H30 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,60%, à 24.798,01 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 0,85%, à 7.127,09 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,57%, à 2.680,69 points.

Wall Street avait fini en ordre dispersé jeudi après un début de séance chaotique, les investisseurs ayant pu compter sur des informations selon lesquelles la Banque centrale américaine (Fed) pourrait ralentir ses augmentations de taux l'an prochain: le Dow Jones avait perdu 0,32% et le Nasdaq gagné 0,42%.

"Il s'agissait surtout d'une opportunité pour des courtiers en quête d'achats à bon compte", a observé Patrick O'Hare de Briefing, soulignant que le marché a déjà commencé à anticiper un ralentissement des hausses de taux l'an prochain.

Cette anticipation a été de nouveau alimentée vendredi par le traditionnel rapport sur les créations d'emplois aux Etats-Unis, tombées à 155.000 créations en novembre, inférieures aux attentes des analystes, qui tablaient sur 185.000 créations.

"Cela renforce le sentiment que les hausses de taux pourraient ralentir", ont relevé les analystes de Charles Schwab.

- 'Confus' -

Cette éventualité de pause de la Fed est interprétée de manière positive à Wall Street car la politique de resserrement monétaire de la Banque centrale a pour conséquence d'augmenter le coût du crédit et donc de ralentir la croissance.

Mais, toujours selon le rapport sur l'emploi, les salaires américains ont dans le même temps enregistré une hausse de 0,2% par rapport au mois d'octobre. Sur un an, la croissance des salaires s'est accélérée à 3,1%, soit un rythme bien supérieur à celui de l'inflation, de nature à encourager la Fed à vouloir éviter la surchauffe en montant ses taux.

"Le marché est en train de nous dire qu'avec un taux de chômage à 3,7%, la pression sur les salaires augmente", a indiqué Tom Cahill de Ventura Wealth Management, ce qui justifiait selon lui un recul des indices boursiers vendredi matin.

Le spécialiste notait par ailleurs qu'en pleine période de doutes sur le front du commerce entre les Etats-Unis et la Chine, "le marché est totalement confus sur la direction à prendre".

Les courtiers continuaient à suivre les différents commentaires des acteurs du dossier vendredi, le président américain Donald Trump affirmant, dans un tweet matinal, que les discussions avec la Chine "se passent très bien".

Parmi les valeurs du jour, les entreprises pétrolières bondissaient suite à une forte hausse des cours du pétrole dans le sillage d'informations évoquant un accord pour réduire la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires.

Halliburton avançait de 2,62%, Marathon Oil Corporation de 3,33%, Chevron de 1,90% et ExxonMobil de 0,74%.

Le fabricant de puces Broadcom gagnait 1,81% après avoir fait état de résultats trimestriels et de prévisions supérieurs aux attentes.

La biotech Moderna, qui a levé 604 millions de dollars, devait faire ses débuts en cours de séance sur le Nasdaq, sous le symbole MRNA.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans des Etats-Unis évoluait à 2,894%, contre 2,886% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,180%, contre 3,162% à la fermeture la veille.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobilier

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X