Acheter plusieurs appartements pour faire un investissement locatif

Acheter plusieurs appartements pour faire un investissement locatif

Définir son projet immobilier. Pour se constituer un patrimoine et bénéficier de revenus complémentaires, de nombreuses personnes n'hésitent pas à se lancer dans l'investissement locatif en achetant plusieurs biens immobiliers. Pour financer le projet, il est possible d'obtenir un crédit immobilier. En savoir plus sur le financement à crédit d'un investissement locatif à travers ce présent guide.

Comparer gratuitement les crédits immobilier

Les avantages de financer l'achat de plusieurs appartements avec un emprunt immobilier

Afin de rembourser une partie ou l'intégralité des mensualités d'un crédit immobilier, l'emprunteur utilise les loyers qu'il perçoit grâce aux nombreux appartements qu'il a acquis. C'est donc une bonne solution pour se constituer un patrimoine à l'échéance du prêt, avec une mise de départ moins importante. De plus, un prêt immobilier pour investissement locatif permet de bénéficier d'un soutien fiscal important. En effet, les intérêts d'emprunt sont déductibles des loyers que l'emprunteur perçoit, ce qui optimise sa situation fiscale. Cette fiscalité est applicable tant pour les biens immobiliers en location vide que pour ceux en location meublée. De plus, comme le crédit immobilier est toujours associé à une assurance décès invalidité, l'investissement est plus sûr. Par ailleurs, le taux d'intérêt d'un crédit immobilier pour investissement locatif est actuellement inférieur à la rentabilité du placement immobilier. De ce fait, si l'emprunteur ajoute le rendement locatif au rendement en capital, la rentabilité de l'investissement locatif sera supérieure au coût du prêt immobilier.

Pour acheter ses appartements, l'emprunteur a la possibilité de choisir entre plusieurs types de financements. Parmi les différentes possibilités, il peut opter pour le crédit in fine qui consiste à remettre à l'emprunteur l'intégralité des fonds dont il a besoin et qui lui fait bénéficier de mensualités faibles. En contrepartie, ce dernier doit rembourser la totalité du capital une fois le contrat de prêt arrivé à son terme. Il peut aussi choisir le prêt amortissable qui consiste à répartir le remboursement du capital dans le temps. Les premières années, les intérêts sont plus importants et diminuent progressivement puisqu'ils sont calculés sur le capital restant dû.

Les conditions d'octroi du prêt immobilier

Un organisme prêteur étudie de la même façon un dossier de prêt pour investissement locatif qu'un autre dossier pour un prêt immobilier classique. Les gestionnaires feront une étude minutieuse du taux d'endettement de l'emprunteur afin d'évaluer sa capacité de remboursement. Généralement, ce taux d'endettement ne doit pas être supérieur à 33 % des revenus nets de l'emprunteur pour que le prêt soit accordé. Ils se penchent également sur le montant de l'apport personnel qui servira de garantie aux établissements prêteurs ainsi qu'à payer les honoraires du notaire et les commissions de l'agence immobilière. Plus le montant de l'apport personnel sera conséquent, plus l'emprunteur optimisera ses chances de se faire accorder le prêt. Les organismes prêteurs accordent également une grande importance à la situation professionnelle de l'emprunteur. En pratique, ils privilégient les fonctionnaires ou les employés en CDI avec une ancienneté importante.

Par ailleurs, il est important de savoir que les établissements financiers conservent une certaine marge de sécurité pour inclure les charges de propriété. Ils retirent alors 30 % de la valeur locative perçue par l'emprunteur, appelés revenus locatifs nets, qui serviront à combler les mensualités. Comme les organismes prêteurs connaissent les prix de loyers en pratique actuellement sur le marché de l'immobilier, il est conseillé de calculer le taux d'endettement futur en utilisant deux méthodes de calcul différentes. Soit en additionnant les mensualités actuelles et les mensualités du prêt locatif convoité avec les revenus locatifs nets déduits, puis en divisant le tout avec ses revenus imposables nets : c'est la méthode de calcul de la compensation des revenus utilisée par les banques. Soit additionner les mensualités actuelles et les mensualités du nouveau financement locatif et diviser le résultat obtenu par la somme des revenus locatifs nets et des revenus imposables nets : c'est la méthode de la non-compensation des revenus. Dans ce dernier cas, si le résultat excède 0,33, soit 33 %, l'organisme emprunteur n'accordera pas le prêt.

>> Pour aller plus loin :

 

Comparer gratuitement les crédits immobilier

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X