Calcul taux d'endettement

Calcul taux d'endettement

Calculez GRATUITEMENT votre taux d'endettement grâce à notre calculette. Rapide et sans engagement, résultat immédiat !

Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Le taux d'endettement, c'est quoi ?

Le taux d'endettement correspond à une valeur en pourcentage obtenue en rapportant le montant des mensualités en cours d'un emprunteur à la totalité de ses revenus nets mensuels. Il s'agit d'un des principaux facteurs pris en compte par la banque avant d'accorder un emprunt immobilier ou à la consommation.

Les organismes de crédit s'appuient sur cette mesure afin de déterminer si l'emprunteur peut contracter un nouveau crédit sans risquer un défaut de paiement. Par ailleurs, calculer le taux d'endettement permet aussi de déterminer la capacité d'emprunt des futurs emprunteurs, et donc la capacité de remboursement par la même occasion.

Il n'y a aucune réglementation juridique ou bancaire qui fixe le taux d'endettement maximum pour un emprunteur. La plupart des banques imposent une limite de 33 %, mais il est possible de dépasser le taux sous certaines conditions.

Comment est calculé le taux d'endettement ?

Le taux d'endettement correspond à la part du revenu destinée à rembourser divers emprunts : crédit à la consommation, rachat de crédit, etc. C'est le résultat de la division du montant total des charges fixes mensuelles par le montant des revenus mensuels, exprimé en pourcentage. Les charges récurrentes mensuelles sont le loyer, les factures d'eau et d'électricité, les assurances, les pensions alimentaires que vous devez payer, les prêts en cours de remboursement, etc. Les revenus mensuels regroupent les salaires nets, les revenus professionnels mensuels non-salariés, les loyers perçus (revenus locatifs) et les autres revenus financiers.

Pour un revenu de 3.000 € par exemple, avec des charges mensuelles de 500 € et des mensualités de remboursement de prêt de 400 €, votre taux d'endettement est de (500+400)/3000*100, ce qui fait 30 %.

Quel est le taux d'endettement maximal ?

Aucune loi ne précise le taux d'endettement maximal, mais il est d'usage commun pour les organismes prêteurs de limiter celui-ci à 33 %. Ce taux représente le tiers des revenus de l'emprunteur. Avec ces 33 %, 1/3 du revenu net annuel du foyer doit être alloué au remboursement des prêts contractés. En effet, les organismes financiers jugent que s'endetter au-delà de ces 33 % représente de grands risques de non-remboursement ou même de rentrer dans une situation de surendettement. Ces établissements de crédit vont déterminer le montant maximal des mensualités qu'ils pourront vous accorder de manière à ce que ce taux d'endettement maximum soit respecté.

Mis à part le taux d'endettement, plusieurs autres aspects sont pris en compte par les établissements bancaires pour une étude approfondie d'un dossier de prêt, entre autres, la capacité d'épargne, la bonne gestion des comptes, l'apport personnel, les revenus, le reste à vivre et le profil de l'emprunteur. Notons que le saut de charge est seulement considéré par les banques dans le cadre d'un prêt pour l'acquisition d'une résidence principale. C'est la différence entre les loyers que doit payer l'emprunteur actuellement et les mensualités de son futur emprunt. En fonction de ces différents aspects financiers et personnels, un établissement financier peut se référer à un taux d'endettement inférieur ou supérieur à 33 % pour accorder un crédit immobilier à un particulier.

Est-il possible d'emprunter à plus de 33 % ?

Certaines banques peuvent vous octroyer un nouveau prêt, même si votre taux d'endettement dépasse les 33 %, car elles prendront en compte votre reste à vivre qui peut être conséquent grâce à des revenus élevés. Par exemple, pour un revenu mensuel de 12.000 €, un taux d'endettement de 40 % permet à l'emprunteur d'avoir encore un reste à vivre de 7.200 € par mois. Pour les banques, l'idée est d'être certaine que votre revenu mensuel peut couvrir vos charges et le remboursement de vos mensualités de crédit.

Un autre cas possible, c'est que l'emprunteur présente une forte capacité d'épargne, ce qui lui a permis d'obtenir un prêt avec une mensualité élevée. Pour l'achat de sa résidence principale par exemple, un particulier rajoute dans son dossier de prêt son apport personnel important permettant de couvrir les frais de garantie, les frais de notaire et jusqu'à 30 % de la valeur du logement.

Cet apport personnel justifie la grande capacité d'épargne et la bonne gestion des comptes de la part du futur emprunteur, ce qui représente un grand atout pour que l'établissement financier ne se focalise pas trop sur le taux d'endettement maximum. De même, si votre saut de charge est nul ou minime, c'est-à-dire que la mensualité de votre prêt à venir est inférieure à votre loyer actuel, l'établissement de crédit peut vous proposer un prêt immobilier intéressant sans prendre en compte votre taux d'endettement.

Pour en savoir plus :

 

Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info