Comment bien choisir la répartition de l'assurance-vie?

Comment bien choisir la répartition de l'assurance-vie?

La stratégie de placement des épargnants doit être adaptée à leur situation financière. Or, celle-ci évolue avec le temps. C'est pourquoi en assurance-vie, les répartitions types doivent être réorganisées selon le contexte du moment si l'on veut optimiser le rendement de son épargne. Explications.

Comparer gratuitement les placements

L'assurance-vie en bref

Ce contrat permet de placer ses liquidités dans des supports d'investissement pour bénéficier d'un complément de revenus au moment du départ à la retraite, céder un patrimoine financier à ses successeurs ou financer un grand projet d'avenir.

Le principe est simple: le capital investi est distribué dans des actifs financiers afin de produire des intérêts. En assurance-vie monosupport, la totalité de la somme est engagée uniquement sur des fonds en euros. Dans ce cas, aucune répartition n'est effectuée et le capital est sécurisé. En revanche, en multisupport, l'investissement est partagé entre différents supports en euros ou en unités de compte en général. Ici, le volet "répartition assurance-vie" est donc un facteur décisif permettant d'adapter le contrat à son objectif de rendement.

En général, le choix de ventilation est orienté vers 3 profils:

  • Prudent: Le degré de risque est toujours limité. Dans ce cadre, le souscripteur préfère investir majoritairement dans des actifs moins volatils que sont les supports en euros.
  • Équilibré: L'épargnant cherche le juste milieu. Autrement dit, il est prêt à prendre le risque d'investir environ la moitié de ses fonds en supports en unités de compte. Le reste doit être conservé en lieu sûr.
  • Dynamique: Dans cette option, l'assuré est moins sensible aux risques. Son but ultime est de maximiser le profit sur le marché financier.

Une répartition à risque entre 30 et 40 ans

Pendant cette période, les souscripteurs commencent à acquérir une stabilité financière tandis que les dépenses sont encore moins importantes (voiture, étude, etc.). À ce stade, certains n'ont que peu ou pas de personnes à charge. C'est donc le meilleur moment de booster son gain le maximum possible, et ce, en tolérant un degré de risque assez élevé. Dans cette démarche, mieux vaut cependant consulter l'avis d'un professionnel comme le courtier en ligne boursedescredits.com avant toute décision.

Pour les audacieux, cela se traduit par une prise de risque ramenée à son niveau supérieur. En d'autres termes, la totalité du capital sera placée dans des supports dynamiques comme les actions de façon à augmenter rapidement le rendement.

Quant aux plus prudents, ils apprécient la diversification en faveur des instruments "sécuritaires". Ici, l'objectif est de mutualiser les risques entre les supports d'investissement. Ainsi, en cas de baisse du marché, l'assuré est sûr de pouvoir conserver une grande partie de son capital initial. Toutefois, un épargnant avec un profil équilibré préférera une distribution moins diversifiée, au profit des actifs à risque.

Une prise de risque maîtrisée à partir de la quarantaine

À l'âge de 40 à 50 ans, le besoin de financement atteint son maximum. Dans cette phase, le souscripteur se retrouve souvent avec des enfants à charge. Il réalise également de nombreux projets (ex. : immobilier, professionnels...) et cumule les frais (ex. : taxe d'habitation, frais d'inscription universitaire des enfants...).

Dans ce contexte, il convient donc penser à sécuriser une partie du placement en adoptant une répartition assurance-vie moins risquée. Ici, les actifs privilégiés seront les fonds flexibles pour les visionnaires et le fonds euros pour les profils prudents.

Privilégier la sécurité à l'approche de l'âge de retraite

À partir de 50 ans, la situation financière de l'épargnant devient à nouveau moins tendue. Toutefois, la date de cessation d'activité approche à grands pas. Ainsi, il est temps de mettre peu à peu la majorité du capital à l'abri des fluctuations financières. Le but est de limiter progressivement le risque sans pour autant renoncer entièrement aux opportunités du marché. Pour les épargnants prudents, près de 60 % du fonds sera sécurisé dans des supports en euros. Cependant, ceux qui apprécient l'équilibre vont affecter leur investissement dans des actifs plus "sécuritaires" comme le fonds euros et l'immobilier. Au final, le profil dynamique ne consacrera qu'une petite partie de ses liquidités en actifs risqués.

 

Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter sur l'immobilier, la banque et l'assurance

Gérez au mieux votre
argent, faites des économies
et profitez gratuitement
de tous nos bons plans