Quels frais prévoir lors de l'acquisition d'un bien immobilier ?

Quels frais prévoir lors de l'acquisition d'un bien immobilier ?

Pour fixer le budget d'une acquisition immobilière, il ne s'agit pas uniquement de considérer le prix d'achat du bien en question. En effet, cette opération donne lieu à plusieurs frais additionnels qu'il faut prendre en compte dans un éventuel prêt immobilier, notamment. Quels sont ces frais et leurs fonctionnements lors d'un achat immobilier.

Comparer gratuitement les crédits immobilier

Les frais obligatoires pendant l'achat immobilier

Une opération d'achat de bien immobilier est soumise à des frais pendant la phase d'acquisition ainsi qu'après la signature de l'acte de vente définitive, une fois que l'acquéreur est effectivement devenu le nouveau propriétaire. Pendant l'acte d'achat, deux sortes de frais doivent être considérés. Il s'agit des frais d'agence et des frais de notaire.

Les frais d'agence correspondent aux rémunérations et aux différents émoluments dus aux professionnels qui sont intervenus durant la vente. Il peut s'agir des agents immobiliers, de notaires (notamment s'ils font office de négociateurs pendant la phase d'acquisition). Les agences peuvent fixer librement le montant de leur prestation. Celle-ci peut représenter jusqu'à 10 % du prix d'acquisition du bien. D'autre part, certaines agences peuvent brader leur prix en concédant un tarif pouvant descendre jusqu'à 1 %. Il faut savoir que les agences immobilières ont l'obligation d'afficher leurs tarifs en vitrine. Il n'y a donc pas de risque de mauvaises surprises en sollicitant une agence pour l'opération d'achat immobilier. Le paiement des frais d'agence incombe intégralement au vendeur étant donné que c'est lui qui sollicite ses services pour l'annonce et la publication de la mise en vente du bien.

Les frais de notaire sont des charges réglementées. Les frais sont ainsi déterminés selon un barème strict et dont le montant final est fonction du prix d'achat du bien. Les frais de notaire ne représentent pas uniquement ses prestations. En effet, ils incluent également diverses taxes qui seront reversées au Trésor public. Les frais de notaire sont plus bas à mesure que le prix du bien est élevé, et vice-versa. Le paiement de ces frais répond au principe selon lequel ils sont payés par la partie pour laquelle l'opération présente le plus d'intérêt. Dans ce cas, il s'agit de l'acheteur.

L'achat d'un bien immobilier est aussi soumis à diverses taxes qui peuvent être différentes en fonction de la nature du bien. S'il s'agit d'un immeuble ancien, une taxe départementale, une taxe communale ainsi que des frais d'assiette et de recouvrement seront prélevés sur l'opération. Ils représentent en tout 5,09 % du prix d'achat. S'il s'agit d'un immeuble neuf seront prélevées la TVA (19,6 %) et la taxe de publicité foncière (0,60 %). S'il s'agit d'un terrain pour la construction, l'opération sera soumise aux droits de mutation de 5,09 %.

Les frais obligatoires après l'achat

Une fois que l'acheteur a acquis le logement, quelques frais sont encore à prévoir. Tout d'abord, il s'agit des frais d'assurance dans le cadre d'une souscription à un contrat MRH. Cette assurance n'est, par contre, pas obligatoire. Toutefois, sa souscription est fortement conseillée pour couvrir les risques de sinistres. Par ailleurs, les frais de déménagement sont aussi à prévoir. Leur coût est déterminé en fonction du fait que l'acheteur fait appel à des professionnels ou pas. Néanmoins, ils peuvent représenter une part importante dans la procédure d'achat, étant donné que les tarifs peuvent s'élever jusqu'à 3000 euros. Si l'acheteur dispose d'un mobilier de valeur (bijoux, tableaux, etc.), faire appel à des professionnels est fortement recommandé. Une fois installé, il ne faut pas oublier les taxes locales dont les montants peuvent varier en fonction de la localité. Il peut s'agir de la taxe d'habitation, de la taxe foncière, d'enlèvement des ordures ménagères, etc. Par ailleurs, quelques frais sont généralement mal évalués lorsqu'on achète un bien en copropriété. Ces charges sont dues au syndic de copropriété par la personne propriétaire du bien au moment de l'appel de fonds. C'est également le cas de travaux votés par la copropriété.

>> Pour aller plus loin : 

 

Comparer gratuitement les crédits immobilier

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X