Mise en location d'un appartement : les précautions à prendre

Mise en location d'un appartement : les précautions à prendre

Avant de procéder à la recherche d'un locataire pour son appartement, il est indispensable de respecter certaines étapes et formalités. En effet, il est indispensable notamment de valoriser le logement ou encore de faire réaliser des diagnostics techniques obligatoires. Zoom sur les conseils pour louer un appartement.

Comparer gratuitement les crédits immobilier

S'interroger sur le type de location et sur le montant du loyer à percevoir

Tout d'abord, le bailleur doit définir la manière dont il souhaite louer son appartement. En effet, il existe différents types de location : meublée, non meublée, saisonnière, etc. Ces différentes catégories ont pour vocation de répondre aux besoins sociaux et des consommateurs. Ainsi, si vous ciblez, par exemple, des étudiants, il est préférable de proposer des logements meublés. En effet, cette population ne dispose généralement pas des ressources nécessaires pour meubler un appartement.

Il est important de ne pas se tromper dans le choix du type de location. Si le bailleur décide de louer un appartement non meublé, un bail de 3 ans avec tacite reconduction d'un an, devra être établi. Il ne peut donc pas modifier l'usage de ce bien immobilier avant que les locataires ne quittent les lieux. Par ailleurs, le type de location détermine le régime fiscal du propriétaire. En optant pour une location nue, par exemple, les revenus fonciers seront déclarés sous le régime micro-foncier ou réel. En revanche, si l'appartement est meublé, le propriétaire du bien relèvera du régime des BIC, des bénéfices industriels et commerciaux.

Il est indispensable de définir le montant du loyer de l'appartement à louer. En proposant un loyer modéré, le bailleur réduit les risques de vacance ou de carence locative. Cela permet d'ailleurs de fidéliser les futurs locataires. Pour atteindre cet objectif, il convient de se renseigner sur les prix des locations équivalentes dans le quartier concerné. Vous pouvez, par exemple, consulter des annonces proposant la location d'un bien similaire au vôtre. Le réseau des observatoires locaux fournit également des informations précieuses concernant le niveau des loyers de chaque secteur géographique. Vous serez en mesure d'optimiser le positionnement de votre offre en fonction des données recueillies.

Le home staging et les diagnostics techniques obligatoires

Que ce soit pour vendre un bien immobilier ou le mettre en location, il est primordial de le valoriser. Ainsi, vous pourrez être amené à réaliser des travaux de rénovation ou encore d'installer des équipements qui susciteront l'intérêt des locataires potentiels. Il est possible d'avoir recours à un home stagist. Pratique née dans les années 70, au pays de l'Oncle Sam, le home staging se caractérise par un aménagement optimal des espaces et la dépersonnalisation d'un bien immobilier. Plus concrètement, le home stagist devra, en premier lieu, enlever tous les objets personnels ou trop caractéristiques de votre appartement : photos de famille, trophées, etc. Son deuxième objectif est de rendre chacune des pièces du logement plus grandes. Il retirera donc tous les objets ou meubles trop volumineux dans l'optique de libérer de l'espace. Le home staging est un véritable travail de mise en scène. En effet, cette méthode a pour finalité de permettre aux visiteurs de se projeter comme chez eux dès leur première visite. De plus, vous pourrez profiter de l'occasion pour faire de belles photos qui seront intégrées à votre annonce.

Les diagnostics techniques, quant à eux, sont destinés à garantir la santé et la sécurité des futurs locataires. Pour une mise en location d'un appartement ou d'une maison, 3 diagnostics sont à faire réaliser. Le premier est l'ERNT, l'état des risques naturels, miniers et technologiques. Il a pour but d'informer le futur locataire sur les différents risques sismiques, naturels et technologiques auxquels il pourrait être éventuellement exposé : avalanches, inondations, risques chimiques, etc. Le second est le DPE, le diagnostic de performance énergétique. Il s'agit de l'évaluation de la consommation d'énergie d'un bien immobilier. De son côté, le CREP, le constat de risque d'exposition au plomb, a pour finalité de mesurer la quantité de plomb présente au sein du logement. En effet, cet élément peut être à l'origine de graves maladies.

>> Pour aller plus loin : 

 

Comparer gratuitement les crédits immobilier

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X