Placement en obligation: Comment cela fonctionne ?

Placement en obligation: Comment cela fonctionne ?

Cette valeur mobilière peut s'avérer un investissement plus fructueux par rapport aux autres placements classiques comme les livrets ou les assurances-vie. Cependant, miser sur les produits proposés sur le marché obligataire comporte des risques. Quelles sont les précautions à prendre ?

Comparer gratuitement les placements

Comprendre le concept

Pour trouver un financement, les entreprises peuvent contracter des dettes auprès des banques ou de l'État. Toutefois, elles peuvent emprunter des liquidités auprès des particuliers en émettant des titres de créances, connus sous le nom d'«obligations ». Cette valeur mobilière représente alors une fraction de la dette de la société émettrice. Son prix peut être fixé à sa valeur nominale ou au-dessus de celle-ci. Mais dans la plupart des cas, le tarif appliqué est réduit. C'est le meilleur moyen d'attirer rapidement les investisseurs.

Quant à sa rémunération, elle peut être proposée de deux manières: fixe ou variable. Dans ce dernier cas, le rendement varie en fonction des opportunités du marché. Il est révisé d'une manière périodique (tous les 3,6 ou 12 mois). Ainsi, le revenu augmente de pair avec le taux pratiqué sur le marché. L'inverse est aussi envisageable.

Par ailleurs, il faut savoir que la validité d'une obligation est limitée dans le temps. Autrement dit, le placement en obligation comporte une échéance allant de quelques mois à une cinquantaine d'années, et ce, jusqu'à ce que la dette soit entièrement effacée. En achetant ces titres, le détenteur perçoit chaque année les intérêts (coupons). La totalité du capital est remboursée à terme. Néanmoins, certains procèdent autrement. En effet, avec les obligations à coupon zéro, les profits tirés sont capitalisés. Par contre, le règlement sera seulement effectué à l'échéance du titre.

Les risques principaux d'un placement en obligation


La défaillance financière de l'émetteur
Les sociétés émettent des obligations pour se procurer de l'argent tout en garantissant leur remboursement. Cependant, si l'émetteur de l'obligation est confronté à une difficulté de trésorerie très sérieuse, vous risquez de perdre votre capital. En effet, en cas de dépôt de bilan, l'entreprise n'est plus en mesure d'honorer sa dette. Les titres qui ne sont pas soumis à ce risque sont ceux qui sont émis par l'État.


La fluctuation du taux d'intérêt
Pour les obligations à taux variable, il est clair que le rendement dépend de l'évolution du marché. C'est aussi le cas pour les titres à taux fixe, mais dans le sens inverse. Pourquoi? C'est simple, le coupon est constant jusqu'à l'échéance. Or, le taux actuariel (marché financier) fluctue. Alors, si votre taux est inférieur à ce ratio, alors votre obligation perd sa valeur. Prenons l'exemple d'un titre émis à 4%. Si le taux du marché est de 3%, le cours de la valeur mobilière est élevé. En revanche, si le marché progresse et affiche un taux actuariel de 5%, celui-ci diminue. Et si vous décidez de vendre à ce stade, l'échange sera désavantageux. La perte en capital sera importante.

L'inflation
Lorsque le taux d'inflation augmente, la valeur des coupons va subir une dépréciation. À terme, le profit estimé sera moins intéressant. Ce risque est surtout considérable pour les obligations à taux fixe.

Apprendre à minimiser les risques

Pour éviter les risques d'impayé, il faut bien choisir les émetteurs. Dans vos décisions, mieux vaut privilégier les grands groupes nationaux que sont reconnus. Investir dans les entreprises étrangères moins fameuses est fortement risqué et déconseillé. Mais aussi, il est préférable de répartir votre capital sur plusieurs obligations, cela permet de pondérer les risques. Durant cette démarche, le recours à l'expertise d'un professionnel comme boursedescredits est toujours recommandé. À part cela, si vous souhaitez mettre vos titres à l'abri de l'inflation, optez pour les obligations indexées.


Par ailleurs, le placement en obligation est intéressant seulement si vous êtes certain de pouvoir patienter jusqu'à la date d'échéance. En effet, les cours fluctuent et les ventes avant terme sont rarement avantageuses puisqu'il est évident que les obligations nouvellement émises seront plus attractives. Alors, pour être sûr de récupérer au moins la totalité de son capital, il est judicieux de conserver le titre jusqu'à son terme.

 

 

Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter sur l'immobilier, la banque et l'assurance

Gérez au mieux votre
argent, faites des économies
et profitez gratuitement
de tous nos bons plans