2016, un grand cru pour l'immobilier ancien

Hugo Abadie • 03 Janvier 2017 • 17:33

Favorisé par des faibles taux de crédits, le nombre de transactions immobilières a atteint des sommets en 2016. Dans l'ancien, le réseau d'agences Century 21 a constaté une hausse de 15,1 % des transactions.

2016, un grand cru pour l'immobilier ancienCentury 21 a enregistré une hausse de 15,1 % du nombre de transactions

Le marché de l'immobilier ancien s'est envolé en 2016. Le réseau Century 21 a enregistré une hausse de 15,1 % de ses transactions après une année 2015 qui annonçait déjà une reprise fulgurante (+ 16,2 %). Avec des volumes de ventes aussi élevés, 2016 pourrait "dépasser le record atteint en 2011 où plus de 850.000 transactions avaient été enregistrées", souligne Laurent Vimont, président de Century 21. L'excellente santé du marché s'explique, sans conteste, par des taux d'intérêts toujours plus faibles sur les crédits immobiliers en 2016 profitant aux acquéreurs qui voient le prix de leur bien immobilier baisser de plus de 20 %.

Des contrastes régionaux importants

Dans un contexte aussi favorable, la hausse des prix a pu être "contenue" à + 1,7 %. Les Français qui ont "toujours l'envie de devenir propriétaires" ont donc profité de ce climat propice à l'achat. Selon Laurent Vimont, "les ménages qui disposent d'un revenu de 2 100 euros net par mois sont éligibles à un crédit pour un bien de 150.000 euros."

Toutefois, l'évolution des prix est encore très contrastée selon les régions. Onze d'entre elles enregistrent une hausse, qui peut dépasser les 5 % en Aquitaine, en Bretagne ou encore en Franche-Comté (Century 21 a appuyé son étude sur les anciennes régions). Les neuf autres régions ont quant à elles connu une baisse des prix, de plus de 6 % en Poitou-Charentes et dans le Limousin.

Les acquéreurs voient toujours plus grand

C'est sans surprise que le financement par emprunt atteint 80,4 % du prix du bien immobilier en 2016 dans les agences Century 21. La durée moyenne du crédit s'est allongée à 19,9 ans pour une surface moyenne jamais égalée de 84,4 mètres carrés. Le prix moyen d'une acquisition s'élève à 204.237 euros pour un délai de vente estimé à 93 jours.

Les résidences principales représentent 71,5 % des acquisitions contre 18,3 % pour les locations qui enregistrent tout de même une hausse de 9,6 %. Les acquéreurs sont majoritairement des employés et des ouvriers (près de 40 %) alors qu'une transaction sur 4 est à mettre à l'actif de la catégorie des 30/40 ans.

Le volume des ventes a augmenté de 16 % dans la capitale parisienne où le phénomène de gentrification se renforce. Le prix moyen d'une acquisition a progressé de 6,2 % sur 1 an pour atteindre 422.098 euros.

Des inquiétudes pour 2017

Si l'ensemble des agences est unanime pour saluer les résultats de 2016, quelques doutes planent sur 2017. "Des signaux nous alertent au quatrième trimestre 2016, quant au risque éventuel d'une crispation du marché", estime M. Vimont. Une légère remontée des taux est à signaler lors du dernier trimestre, "une remontée mécanique" selon le président de Century 21. L'approche des élections présidentielles, qui ont un impact psychologique sur les acheteurs, pourrait également fragiliser le marché.

>> A lire aussi : immobilier ancien : les taux bas profitent au marché en 2016

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info