Le crédit renouvelable n'attire plus les Français

Johan Garcia • 01 Mars 2016 • 15:29

Le nombre de crédits renouvelables ne cesse de diminuer depuis 2010 et les différentes lois l'encadrant, Lagarde et Hamon. Un mode de financement, à l'origine d'un grand nombre de dossier de surendettement, dont se détourne les ménages.

Le crédit renouvelable n'attire plus les FrançaisDepuis 2011, le nombre de crédits renouvelables s'est contracté de 10 millions d'unités

Posséder une réserve d'argent, à crédit, sur une carte. C'est le principe du crédit renouvelable, très utilisé avant la crise bancaire de 2008. Depuis, ce mode de financement, de plus en plus encadré par la législation à partir de 2010, n'en finit plus de reculer en France.

L'Association française des Sociétés Financières (ASF) a publié le 18 février une nouvelle étude* sur les conséquences sur le crédit renouvelable des récentes modifications de la législation applicable au crédit à la consommation, les lois Lagarde et Hamon.

Une baisse des ouvertures de nouveaux comptes...

Et le premier constat de l'ASF est sans appel. Le crédit renouvelable a connu une baisse significative de son utilisation entre 2010 et 2015. Dans le détail, le nombre d'ouvertures annuelles était, en juin 2015, avec 3.300.000 unités, en chute de -26% par rapport aux données de 2010. Au total, sur douze mois cumulés, c'est plus de 1,2 million d'ouvertures de comptes en moins.

Selon l'ASF, ce mouvement de contraction concerne tout particulièrement les ouvertures de crédits renouvelables dont le montant est supérieur à 3000 euros. Pour ce type de compte, le recul atteint ainsi -53% sur l'ensemble de la période.

Dans son étude l'Association française des Sociétés Financières note que le montant moyen de ce type de financement a également reculé. De 3160 euros en avril 2011, le montant s'est stabilisé depuis 2013 à 2450 euros, soit un repli de -22%. Ainsi, 85% des comptes ouverts ont aujourd'hui un montant d'autorisation inférieur à 3000 euros, contre 75% quatre ans auparavant.

... Et une augmentation des fermetures de comptes de crédit renouvelable

Dans la même période, outre la baisse de l'ouverture de nouveaux comptes, les adhérents de l'ASF ont également enregistré une forte augmentation de la fermeture des comptes déjà existants. Des résiliations qui ont connu un pic début 2012 avec plus de 7 millions enregistrées, soit une hausse de 60% par rapport à l'année 2010, date d'entrée en vigueur de la loi Lagarde.

Depuis ce pic, les résiliations de comptes ont progressivement ralenti pour retrouver, à la mi-2015, avec 4.500.000 unités en année pleine, leur niveau de 2010. Toutefois, l'ASF note qu'avec l'entrée en vigueur des dispositions de la loi Hamon en 2015, imposant la suspension à l'issue d'une année d'inactivité, il est probable que ce ralentissement soit de courte durée. Ainsi, de juillet à novembre 2015, c'est près d'1,8 million de comptes qui ont été suspendus.

Au total, depuis le début de 2011, le nombre de résiliations a été très supérieur à celui des ouvertures. Il en résulte qu'à ce jour, le parc de comptes de crédit renouvelable s'est contracté de près de 10 millions d'unités, passant de 35 millions à un peu plus de 25 millions de comptes (soit un recul proche de -30%). 

Les crédits renouvelables moins présents dans les situations de surendettement

Point positif de ce recul de l'utilisation des crédits renouvelables par les Français, leur part a aussi diminué dans les situations de surendettement des ménages. Elle est passée de 42% en 2011 à 23% fin 2015. Une tendance qui se répercute également sur la baisse du nombre de dossiers de surendettement déposés auprès de la Banque de France. En 2015, ce recul a ainsi atteint -5,9% par rapport à l'année précédente.

A noter que dans 83,3% des dossiers le surendettement est lié au crédit à la consommation. Au total c'est ainsi près de 750.000 dossiers de surendettement qui sont actuellement en cours de traitement par la Banque de France. Le nombre de ménages malendettés ou surendettés est estimé à pas moins de 6 millions.

 

*Etude réalisée sur la base des données enregistrées sur la période janvier 2010 / juin 2015 par les établissements spécialisés membres de l'ASF, qui représentent plus de 80 % de la production de crédit renouvelable en France.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits consommation

Notre fil d'info