Plus d'un Français sur deux épargne moins de 50 euros par mois

Anissa Hammadi • 08 Octobre 2015 • 16:22

Selon une étude menée en juin 2015 par l'institut SMG Insight/YouGov pour Genworth, spécialiste des assurances de personnes, les Français subissent une plus grande pression financière que leurs voisins allemands et espagnols.

Plus d'un Français sur deux épargne moins de 50 euros par moisPrès de 4 Français sur 10 (38 %) ne tiendraient pas un mois sur leurs économies.

"J'ai la plupart du temps du mal à tenir jusqu'à la fin du mois". Cette phrase concerne près de la moitié des Français (42 %), selon les résultats de la dernière étude de l'assureur Genworth, rendue publique mardi 6 octobre. Le manque d'argent disponible se reflète dans le niveau d'épargne : plus de la moitié des personnes interrogées* (54 %) épargnent moins de 50 euros par mois.

Ils sont 11,4 millions**, soit de plus de 5,8 millions de foyers (près du quart des ménages français !) à disposer de moins de 10 euros par mois pour l'épargne et les loisirs, après avoir payé leurs dépenses courantes : impôts, logement, gaz/électricité, téléphone/Internet et nourriture.

1 foyer sur 5 (20 %) estime éprouver "toujours des difficultés" ou être "toujours en retard pour payer les factures, hypothèque, crédit automobile, prêts à la consommation et débit différé de carte bancaire". En comparaison, seuls 13 % des Allemands et 17 % des Espagnols sont d'accord avec cette affirmation.

>> Lire aussi : Les Français n'ont pas confiance en leur capacité d'épargne.

20 % ne tiendraient pas une semaine sur leurs économies

Et s'ils devaient faire face à une perte subite de revenus, près de 4 Français sur 10 (38 %) ne tiendraient pas un mois sur leurs économies, tandis que 1 sur 5 (20 %) répond ne même pas pouvoir tenir une semaine.

Pour joindre les deux bouts, les ménages ont réduit drastiquement les dépenses superflues. En effet, l'étude révèle que 45 % des personnes interrogées, en moyenne sur l'ensemble des postes de dépenses, se passent de restaurants, de virée shopping, de voyages ou encore de sorties au cinéma.

Une situation précaire pour les foyers concernés, mais aussi "un risque pour l'économie au sens large, car le sentiment de sécurité financière et les dépenses des consommateurs sont des facteurs clés pour la croissance", relève Elias Abou Mansour, directeur général de Genworth Lifestyle Protection pour la France et le Benelux. Des facteurs qui représentent "habituellement plus de la moitié du PIB".

>> Lire aussi : 1.424 euros par mois, le revenu minimum "décent" pour une personne seule.

*En France, un échantillon représentatif de 1.010 personnes de plus de 18 ans a été interrogé.
**Basé sur les estimations INSEE – données à fin 2014.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info