Grand Paris Express : les sénateurs communistes veulent plus de mixité sociale

Marie Nahmias • 26 Octobre 2016 • 11:39

Pour "garantir la mixité sociale", le groupe communiste, républicain et citoyen (CRC) propose d'imposer un quota de logements sociaux dans un rayon de 400 mètres autour des gares du projet du Grand Paris Express.

Grand Paris Express : les sénateurs communistes veulent plus de mixité socialeLes travaux du Grand Paris Express prévoient 68 nouvelles gares.

C'est le "chantier du siècle en Ile-de-France". 200 kilomètres de lignes supplémentaires qui desserviront 68 nouvelles gares, à proximité desquelles un espace économique va voir le jour.  Un projet ambitieux, mais qui pourrait laisser de côté les ménages les plus modestes. C'est en tout cas l'inquiétude dont ont fait part Christian Favier, sénateur (PCF) et président du conseil départemental du Val-de-Marne et Eliane Assassi, sénatrice de Seine-Saint-Denis.

S'ils soutiennent ce "beau" projet, lancé en 2008 par Nicolas Sarkozy, il existe, selon eux, un risque important d'exclusion des populations défavorisées. "Et ce sont elles qui ont le plus besoin de moyens de transport", souligne Christian Favier.

>>Lire aussi : Grand Paris : une Cité du Théâtre verra le jour à Paris entre 2022 et 2023

30% de logements sociaux

Pour prévenir ce risque, les sénateurs communistes ont déposé un texte visant à ce que toute opération de construction d'immeubles, dans un périmètre de 400 mètres autour des futures gares, supérieure à douze logements ou de plus de 800 m² de surface de plancher, compte au minimum 30% de logements sociaux, "hors logements financés dans le cadre d'un prêt locatif social".

Une mesure nécessaire, d'après eux, car la spéculation immobilière pourrait faire grimper en flèche le prix des appartements dans ces zones. Toutefois, le texte, qui sera débattu jeudi 27 octobre, a de grandes chances de ne pas aboutir étant donné que la majorité de la Haute Assemblée est de droite. Pas de quoi décourager Christian Favier.

"Ce combat doit être mené ville par ville avec tous ceux qui aujourd'hui souhaitent que ce progrès considérable que va constituer le réseau de transport profite bien à tous, et pas seulement à quelques-uns" explique-t-il à Public Sénat.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info