Investissement : la belle réussite du financement participatif en 2020

Mickaël Touré • 19 Février 2021 • 14:40

En 2020, les sommes collectées via le crowdfunding ont dépassé le milliard d'euros. Le modèle à même su profiter de la crise.

Investissement : la belle réussite du financement participatif en 2020

D'un point de vue économique, l'année 2020 fut loin d'être réjouissante. La crise du Covid-19 et les périodes de confinement ont ainsi ralenti beaucoup de projets d'investissements et/ou d'achats.

Pourtant, le financement participatif a su tirer son épingle du jeu. Selon le baromètre 2020 élaboré par Financement Participatif France (FPF), 2020 fut même une année record pour ce type de financement.

Une collecte supérieure à un milliard d'euros

Ainsi, le baromètre fait état d'une collecte record à hauteur de 1,02 milliards, soit une hausse de 62 % par rapport à 2019. La partie placement du crowdfunding qui comprend crowdlending (prêt rémunéré) et crowdequity (placement dans le capital d'une société) a par exemple représenté 78,5 % de la collecte avec une progression de 45,8 % pour le crowdlending et de 43 % pour le crowdequity.

Le crowdequity a d'ailleurs permis à des promoteurs immobiliers de concrétiser des projets de constructions ou de rénovations surtout dans les régions Ile-de-France et Auvergne Rhône-Alpes. Cela s'explique notamment par l'arrivée de la Loi PACTE, fin 2019, qui a permis de relever les plafonds de collecte des plateformes de 2,5 à 8 millions d'euros par dossier.

Quels risques ?

Néanmoins, cette solution n'est pas sans risques. Plus rémunérateurs que les livrets réglementés et moins risqués que les placements en bourse, le financement participatif n'est pas dénué de risques pour autant.

Dans certaines conditions, un investisseur s'expose, par exemple, à des pertes importantes ( partielle ou totale) des sommes investies. En effet, au vu du contexte économique, certaines entreprises qui ont recours à ce type de financement pourraient ne pas survivre. Dans cette situation, difficile de récupérer son argent.

À la différence d'une banque, les investisseurs ne sont pas des créanciers de premier rang comme les banques. En cas de défaut de paiement, ils ne seront donc pas remboursés en premier. Certains retards de remboursement ont déjà été relevés par la plateforme HelloCrowdfunding.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info