Pouvoir d'achat : quelle situation pour les femmes ?

Luigi Delmet • 05 Mars 2019 • 14:28

À trois jours de la Journée internationale des droits des femmes, la société Cofidis publie une étude mettant en évidence les inégalités de pouvoir d'achat entre les sexes. On y apprend notamment qu'il subsiste des écarts importants de rémunération.

Pouvoir d'achat : quelle situation pour les femmes ?Les femmes gagnent en moyenne 802 € de moins par mois que les hommes

L'enquête, réalisée par l'institut CSA Research, est riche en enseignements. Tout d'abord, elle démontre encore une fois que les femmes gagnent moins que les hommes. En effet, les premières sont rémunérées en moyenne 1 411 € par mois, quand les seconds sont à 2 213 €. Cet écart important (802 €) s'explique, selon les sondeurs, par deux facteurs.

D'abord, les femmes sont plus souvent à temps partiel (28 % d'entre elles, contre 8 % des hommes), mais en calculant, on se rend vite compte qu'à salaire égal, cela ne devrait représenter qu'un écart de rémunération d'environ 10 %. Alors comment expliquer que celui-ci soit de plus de 36 % ? Et bien, c'est là qu'intervient le deuxième facteur. Le salaire d'une femme, à catégorie professionnelle égale, est tout bonnement plus faible que celui d'un homme.

Source : Cofidis.fr

Des fins de mois plus difficiles

Logiquement, toujours selon les conclusions de cette étude, les femmes consacrent une plus grande partie de leur budget aux dépenses dites « de première nécessité » (81 % des revenus, contre 58 % dans le cas des hommes). Dans les détails, le logement est, en moyenne, le premier poste de dépense mensuel (508 €), suivi de l'alimentation (323 €), de l'énergie (112 €), du transport (102 €) et de la santé (97 €).

En conséquence, les femmes sont plus sujettes aux situations financières « tendues ». Ainsi, 24 % d'entre elles déclarent « avoir souvent du mal à boucler leurs fins de mois » (contre 15 % des hommes), 47 % disent « avoir été à découvert au cours des douze derniers mois » (contre 34% des hommes) et enfin, 21 % des femmes interrogées ont dû emprunter de l'argent à leur entourage pour faire face aux difficultés (contre 11 % des hommes).

Une organisation différente

La dernière partie de l'étude se concentre sur la manière dont les femmes s'organisent pour optimiser leurs dépenses. Dans un premier temps, les sondeurs évoquent la tendance de ces dernières à renoncer en priorité aux « achats plaisirs ». 39 % d'entre elles ont abandonné un projet de vacances (sur ce point en revanche, les hommes sont également 40 % dans ce cas), 37 % ont renoncé à un loisir (contre 34 % des hommes) et 36 % à un achat de vêtement (contre 22 % des hommes).

Dans un deuxième temps, l'optimisation des dépenses de la part des femmes prend la forme de « bons plans ». 74 % achètent en solde ou en ventes privées (contre 66 % des hommes). Dans le même esprit, 64 % d'entre elles achètent des produits en promotion (contre 55 % des hommes) et enfin, 63 % utilisent des programmes de fidélité (contre 50 % des hommes).

Pour finir, on peut observer une dernière donnée significative : 15 % des femmes souscrivent un crédit à la consommation pour financer leurs projets. Cette fois, c'est légèrement moins que les hommes. Ils sont, en effet, 19 % à faire la même chose.

À lire également >>

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits consommation

Notre fil d'info

Les Cookies nous aident à optimiser voter expérience en ligne. Ils sont aussi utilisés à des fins statistiques, pour les réseaux sociaux, pour s’assurer de la qualité, ainsi qu’à des fins marketing avec nos partenaires. En continuant, vous acceptez cela. Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant ici

X