Assurance crédit immobilier : la résiliation annuelle représente une évolution majeure pour les emprunteurs

Thomas Saint-Antonin • 26 Mars 2018 • 17:57

La possibilité de résilier chaque année son contrat d'assurance crédit immobilier a quelque peu révolutionné le système de l'assurance emprunteur. Les particuliers en sont les premiers bénéficiaires, toutefois, il convient de connaître les spécificités liées au degré de risque défini par les compagnies d'assurances.

Assurance crédit immobilier : la résiliation annuelle représente une évolution majeure pour les emprunteurs

Depuis le 1er janvier dernier et l'entrée en vigueur de la loi Hamon, un emprunteur a la possibilité de changer de contrat d'assurance décès invalidité, tous les ans, à date d'anniversaire du contrat. Cela leur laisse la possibilité de comparer les offres de tous les concurrents présents sur le marché, et de choisir en conséquence l'offre la plus adaptée à leur profil.

Le risque médian est plébiscité par les compagnies d'assurances

Premièrement, il faut savoir que les contrats mis au point par les compagnies d'assurances concernent les emprunteurs à risques médians, si vous ne vous trouvez pas dans cette catégorie, vous payez trop cher, car vos risques sont moindres, ou trop élevés.

Dans deux cas de figure suivants, vous vous verrez régulièrement exclu de la procédure par le scoring-logiciel d'évaluation du risque :

  • Je suis trop jeune : j'accède à la propriété avant la moyenne établie de 33 ans.
  • Je porte un risque aggravé : le risque est trop important pour être pris en compte (l'assureur peut dans certains cas vous couvrir, mais à des montants de primes très élevés).

Le risque aggravé correspond à une maladie grave (cancer, sida), un âge avancé, un mode de vie (pratique de sport à risque comme le parachutisme ou l'alpinisme). Ici, la probabilité d'être accidenté est bien supérieure à la moyenne, de ce fait, elle est majorée.

Le travail sur une plateforme pétrolière en haute mer est également assimilé à un risque aggravé.

Toutefois, cette nouvelle réglementation inclut un droit à l'oubli, si vous avez été traité pour un risque aggravé comme une maladie grave, et que vous êtes diagnostiqué comme guéri, votre situation est renouvelée et votre passé ne vous poursuit plus. Cette mesure est une véritable avancée et nouveauté depuis l'instauration du changement annuel d'assurance crédit immobilier.

Un coût onéreux

L'assurance décès invalidité représente une grande partie dans le coût total du crédit. De plus, la faiblesse des taux d'intérêt n'arrange pas les emprunteurs. Aussi, les conséquences financières sont beaucoup plus lourdes lorsque vous empruntez avec un profil à risques, par rapport à une jeune femme de moins de 25 ans, non fumeuse, avec un mode de vie sain. L'économie par rapport à un profil aggravé sera considérable sur la facture globale associée à votre endettement immobilier.

>> A lire aussi > Assurance emprunteur : suis-je couvert si je me retrouve au chômage ?

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les assurances de prêt

Notre fil d'info