Crédit consommation : il imite la signature de son épouse pour financer ses cours de danse

Thomas Saint-Antonin • 05 Février 2018 • 18:10

Un Dauphinois de 67 ans risque une peine de 7 mois avec sursis et une amende de 4 000 € pour avoir souscrit un crédit à la consommation frauduleux.

Crédit consommation : il imite la signature de son épouse pour financer ses cours de danse...

Un ancien employé de banque, séparé de son épouse depuis 2000 mais toujours pas divorcé, vivait largement au-dessus de ses moyens. Mais à quelle fin ? Financer sa grande passion, la danse de compétition.

Cet homme de 67 ans avait falsifié la signature de son ex-épouse pour d'obtenir un prêt de 80 000 €. Toutefois, quand on joue avec le feu, on risque de se brûler. Il avait tenté de se remettre dans le droit chemin en vendant  la maison familiale à Reillanne à hauteur de 300 000 € afin de combler ses dettes, en vain. Le gouffre financier créé par les nombreux prêts à la consommation souscrits a eu raison du danseur dispendieux.

Et le jugement est tombé pour l'ancien employé de banque. Ce dernier a été condamné par le tribunal correctionnel à six mois de prison avec sursis et à rembourser son épouse du montant de ce prêt effectué à son insu.

Les problèmes ne s'arrêtent pas là. Son ancienne épouse, co-responsable de ce prêt frauduleux  survit désormais avec une retraite dérisoire de moins de 1000 €. Le substitut du procureur de la République a déclaré que cette dernière a été « littéralement instrumentalisée par son mari ». Il réclame une peine de sept mois avec sursis accompagnée d'une amende de 4 000 € dont la moitié avec sursis. De plus, il devra rembourser à son épouse le montant du prêt. 

>> A lire aussi : Arnaque : les faux emprunts gagnent du terrain sur internet

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits consommation

Notre fil d'info