Immobilier : où faut-il acheter à Paris avec la baisse des prix ?

Anissa Hammadi • 26 Août 2015 • 13:56

En un an, les prix se sont érodés de 3,2 % selon le site MeilleursAgents.com, qui a publié son baromètre ce mois-ci. Par rapport au prix fort de juillet 2011, la baisse atteint même les 11 %.

Immobilier : où faut-il acheter à Paris avec la baisse des prix ?Les arrondissements qui connaissent le plus fort recul sont le XIIIe (-5,2 %), le XVIe (-6,3 %) et le XIXe (-6,1 %).

La lente correction des prix sur le marché immobilier parisien se poursuit. Bien sûr, la fourchette de prix reste large entre les différents arrondissements, empêchant toute généralité : elle va de 5 998 €/m² en moyenne dans le XIXe à 12 464 €/m² dans le VIe, d'après les estimations de MeilleursAgents.com au 1er août 2015.

Malgré tout, le constat est clair : entre le 1er juillet 2014 et le 30 juin 2015, les prix ont baissé à Paris. Le prix moyen du mètre carré est aujourd'hui évalué à 7 748 € par Meilleurs Agents, en baisse de 3,4 %. Chez Laforêt et Century 21, l'érosion des prix est un peu moins marquée (respectivement -1,9 %, à 7 929 euros/m² et -1,7 %, à 8 086 euros/m²). Deux exceptions seulement : du côté de la FNAIM, il s'établit à 8 581 euros/m² (+0,7 %) et Guy Hoquet le voit aussi augmenter de 0,8 % (à 7 865 euros/m²).

27 % de pouvoir d'achat en plus

Cette baisse des prix, couplée à des taux d'emprunt extrêmement faibles, a eu pour conséquence d'augmenter le pouvoir d'achat des Parisiens de 27 % depuis quatre ans ! "Ce qui est clair, c'est que les villes ayant connu des hausses de prix importantes jusqu'en 2011 corrigent encore leurs excès et continuent de voir leurs prix baisser. C'est le cas à Paris et en Île-de-France ainsi qu'à Marseille", explique Sébastien de Lafond, président de Meilleurs Agents.

Seuls trois arrondissements échappent à la tendance baissière sur les douze derniers mois : les très recherchés IVe (+1,3 %) et Ve (+4,4 %), puis le XIIe (+0,2 %). À l'inverse, les arrondissements qui connaissent le plus fort recul sont le XIIIe (-5,2 %), le XVIe (-6,3 %) et le XIXe (-6,1 %).

Mais ce n'est pas forcément vers ces trois secteurs géographiques qu'il faut se tourner. "C'est le moment d'acheter sa résidence principale dans des arrondissements en pleine mutation, en voie d'embourgeoisement, conseille Sébastien de Lafond. Le Xe, le nord du IIe, le nord du XVIIe et le XIXe, notamment, sont des quartiers dont la cote va monter et où l'acquéreur d'aujourd'hui fera une plus-value d'ici dix à quinze ans".

La nouvelle pourrait susciter un regain d'intérêt des investisseurs pour la capitale. Entre l'encadrement des loyers en vigueur depuis le 1er août et des prix qui restent élevés, ces derniers ont tendance à se détourner de Paris. "Depuis quelques mois, on voit les bailleurs de la capitale préférer les communes de la couronne, ou des villes de région", avait observé la FNAIM en juillet.


 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info