À Roubaix, des maisons typiques bientôt en vente à 1 euro

Anissa Hammadi • 15 Juillet 2015 • 11:00

La commune de Roubaix souhaite vendre des maisons abandonnées à un euro symbolique. Une solution extrême pour attirer la population dans des quartiers populaires et délaissés, où les rues fantômes sont légion.

À Roubaix, des maisons typiques bientôt en vente à 1 euroRue Lannes, à Roubaix. Sur la vingtaine de maisons, environ dix sont abandonnées et parfois occupées de manière illicite.

Que diriez-vous d'une jolie maison en briques rouges à 1 euro ? Excédée de voir des quartiers entiers désertés, la municipalité de Roubaix envisage sérieusement l'idée de racheter les maisons abandonnées pour les revendre à un euro symbolique aux particuliers.

Le journal La Voix du Nord donne ainsi l'exemple frappant d'une ruelle, dans le quartier populaire du Pile, où la moitié des maisons ont des fenêtres murées. "À l'Hommelet, à l'Alma, à la Fosse-aux-Chênes, au Cul-de-Four ou à Moulin-Potennerie, les maisons murées sont partout, ou presque", décrit l'auteur de l'article. À tel point que le phénomène inquiète les riverains : certains dénoncent le squat des familles Roms et la décrépitude de leur quartier.

"On ne peut pas laisser faire ça. Il arrive que des bailleurs sociaux rachètent des maisons murées, et attendent d'avoir l'ensemble de celles qu'ils convoitent pour commencer à les réhabiliter. En attendant, l'habitat se dégrade. Ça ne nous convient pas", s'agace Guillaume Delbar, maire (LR) de Roubaix.

Redonner vie aux quartiers

Derrière cette offre alléchante, il y a évidemment une contrepartie. Le futur acquéreur devra s'engager à effectuer des travaux de rénovation dans la maison. "Cela va permettre à des familles de devenir propriétaires, et à ces habitations d'être rénovées. À terme, cela peut redonner vie à ces quartiers", espère Guillaume Delbar dans les colonnes du journal La Voix du Nord.

La Ville s'est directement inspirée d'outre-Manche, où le concept a déjà fait ses preuves. En décembre dernier, Liverpool a vendu sa première maison à 1 livre, soit 1,30 euro. L'heureux acquéreur s'y est installé avec sa famille et a déboursé 45 000 euros pour faire des travaux, comme convenu. Depuis, une vingtaine d'autres biens ont été vendus par la municipalité.

Seule inconnue encore pour la commune du Nord : le budget dont elle disposera pour ces opérations. L'adjointe en charge du logement à Roubaix se rendra à Liverpool en septembre prochain, afin d'analyser le dispositif de plus près. Une visite qui marquera peut-être le début d'une seconde vie pour les quartiers populaires de Roubaix.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info