Le secteur du BTP s'attaque à Pokémon GO

Jacques-Olivier Busi • 05 Août 2016 • 12:31

La vie sur les chantiers s'est retrouvée perturbée par le phénomène Pokémon GO. Un nombre conséquent d'accidents ont été évités de justesse ces dernières semaines. Les fédérations professionnelles du secteur appellent donc leurs adhérents à la plus grande prudence.

Le secteur du BTP s'attaque à Pokémon GOLa sensibilisation des chasseurs de Pokémon face aux dangers des chantiers a donc dû prendre une nouveau virage.

Depuis le 24 juillet, il n'est pas rare de croiser des fidèles dresseurs, smartphones en main, arpentés les rues pour attraper des Pokémon. Le problème est que ces derniers s'invitent également dans des endroits interdits et dangereux.

Dès la sortie du jeu en France, la Fédération du bâtiment de Dordogne (FFB24), avertissait les joueurs : "Attention les chantiers sont interdits aux visiteurs. Alors... Laissez-nous les attraper" sans pour autant les prendre au sérieux. "Au début, nous avons perçu cela comme une blague mais depuis on a de plus en plus de remontées de cas d'intrusion sur les chantiers", avoue Olivier Salleron, président de la FFB Dordogne et Nouvelle Aquitaine, à Batiactu.


Avec l'ampleur pris par le phénomène, la Fédération Nationale des travaux publics (FNTP) a également pris les choses en main. Elle a reçu de plus en plus de plaintes d'intrusion de la part d'entreprises, adressées au secrétaire général de la FNTP en Ile-de-France, Olivier Garrigue. Ce dernier confie que "dans deux cas, l'accident a été frôlé". "Dans le premier, un jeune homme s'est retrouvé entre la pelle et le camion en pleine manoeuvre. Cela aurait pu être extrêmement grave. Dans l'autre cas, les responsables du chantier ont retrouvé cinq jeunes dans une tranchée. C'est hallucinant", précise-t-il.

Une affiche de prévention à l'effigie des personnages de Pokémon

Ainsi, pour éviter les intrusions de dresseurs sur les chantiers, la FNTP a publié un communiqué sur son site internet pour alerter ses adhérents et les inviter à rester en alerte face à ces "comportements inappropriés". "Nous leur demandons de bien vérifier la signalisation et les cheminements piétons autour de leur chantier", explique Olivier Garrigue.

Une prérogative compliquée à mettre en place de façon automatique puisque dans certains cas, il s'agit de chantiers sur des routes ou des canalisations. "En période de congé, les chantiers tournent au ralenti et sur ceux situés dans de grands espaces, c'est compliqué de surveiller toutes les entrées", ajoute Olivier Salleron.

La sensibilisation des chasseurs de Pokémon face aux dangers des chantiers a donc dû prendre une nouveau virage. La FNTP a pris la décision de réaliser une affiche à l'attention des dresseurs, où figurent des personnages du jeu. Le message est clair : "Ceci est un chantier et non pas une application virtuelle. Ne mettez pas votre vie en danger pour attraper un Pokémon". La FNTP prévient également : "Toute intrusion sur ce chantier fera l'objet d'un dépôt de plainte".

Crédits : fntp.fr

Une sensibilisation nécessaire devant l'ampleur du phénomène

Outre les responsables de chantier et le public, la prévention doit être également menée auprès des ouvriers. "Il faut aussi prévenir les gars, c'est des fois du n'importe quoi, surtout chez les moins de 30 ans", avoue Olivier Salleron. "Beaucoup n'ont pas l'habitude de la dangerosité d'un chantier et pourtant ils regardent leur téléphone, cela peut être dangereux, il y a des trous, des outils...".

L'objectif des professionnels du bâtiment n'est pas d'interdire l'utilisation de l'application, mais d'assurer une sensibilisation aux dangers. Olivier Sallaron estime qu'il "faudra surement des actions de communication dès la rentrée", compte tenu des discussions entretenues avec les professionnels de sa région.

Des mesures qui semblent nécessaire tant le phénomène Pokémon GO semble seulement aux prémices de son apogée. D'ailleurs la FNTP, dans son communiqué, demande de "ne pas sous-estimer le jeu qui risque de prendre de l'ampleur dans les semaines à venir". Même son de cloche pour Olivier Garrigue qui estime que "le phénomène ne fait que débuter" mais aussi pour Olivier Salleron qui pense de son côté qu'"à la rentrée, ça va être de la folie".

>> A lire également : Chaleur: Le ministère du Travail rappelle les mesures à prendre dans le BTP

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info