Coronavirus : peut-on annuler un crédit voyage ?

Mickaël Touré • 25 Février 2020 • 16:27

Alors que le virus continue de se propager, peut-être avez-vous prévu de financer un voyage dans un pays concerné par l'épidémie grâce à un crédit à la consommation ? Dans ce cas, pas de panique, BoursedesCrédits vous explique comment ne pas être pénalisé.

Coronavirus : peut-on annuler un crédit voyage ?Face à l'inquiétude des voyageurs, certains cherchent à annuler leur voyage à l'étranger

C'est le sujet brûlant du moment. Le coronavirus, également appelé Covid-19 se propage à travers le monde. Dans tous les domaines, le virus a eu des conséquences importantes : chûte du cours de la bourse, remise d'événements sportifs, rapatriements en urgence....

Alors que la Chine a été identifiée comme étant le foyer du virus, l'Italie est aujourd'hui le pays européen le plus touché. En cette période de vacances scolaires, peut-être aviez-vous envisagé de vous rendre dans un pays impacté par l'étendue du virus ?

Si vous avez opté pour un crédit voyage pour financer votre séjour, sachez que plusieurs solutions existent pour l'annuler.

Prêt personnel ou prêt affecté ?

Tout d'abord, il est important de savoir pour quel type de crédit vous avez opté. Un prêt affecté ou prêt personnel.

Pour rappel, dans le cadre d'un prêt affecté, une justification de l'utilisation des fonds vous sera demandée. Ce qui ne sera pas le cas dans le cadre d'un prêt personnel où vous pourrez disposer comme vous l'entendez de la somme qui vous sera allouée.

Dans le cadre d'un crédit voyage affecté, l'argent pourra être versé directement à l'organisme s'occupant de votre voyage (tour operator, etc...). Pour ce type de prêt, il est stipulé que si le contrat de crédit affecté n'est pas exécuté, le contrat de vente ou de prestations de services est annulé, sans frais pour l'emprunteur.

Ainsi, si vous souhaitiez vous rendre dans un pays touché par l'épidémie mais que c'est désormais impossible pour cause de mesures exceptionnelles, vous n'aurez pas à rembourser votre crédit affecté. Pour le moment, seule la Chine est sous le coup de telles mesures. Dans cette situation, il est également indispensable de se rapprocher de l'établissement fournisseur de la prestation.

Bien utiliser le droit de rétractation

Dans le cas d'un prêt personnel, la situation peut être plus délicate, car ici, aucune justification ne vous sera demandée quant à l'utilisation des fonds.

Que ce soit dans le cadre d'un prêt affecté ou non, il est important de se rappeler qu'un délai de rétractation est envisageable. Pour les prêts personnels ou affectés, ce délai est de 14 jours calendaire après acceptation de l'offre de contrat de crédit. Attention tout de même, le délai peut être réduit à 3 jours dans le cadre d'un prêt affecté si vous souhaitez bénéficier immédiatement de la somme.

Ce droit est inscrit dans la loi. Ainsi, un organisme de prêt ne sera pas en mesure de refuser la rétractation à partir du moment où elle est comprise dans le délai indiqué ci-dessus. Pour bénéficier de son droit de rétractation, une lettre devra être envoyée à l'employeur.  

Cette lettre pourra prendre la forme d'un bordereau de rétractation qui sera inclus dans le contrat de prêt. Il devra être complété, daté et signé. Le bordereau devra également être envoyé par recommandé au plus tard le dernier jour du délai de rétractation. Si aucun bordereau n'est joint à l'offre de prêt, la lettre devra être rédigée sur papier libre.

Annulation par remboursement anticipé

Enfin, en tant qu'emprunteur, vous pouvez opter pour un remboursement anticipé. Si vous avez déjà touché la somme du crédit, il vous sera ainsi possible de la restituer.  Cependant, attention, car dans certaines situations, des frais pourront être appliqués par l'établissement prêteurs.

Pour le savoir, le plus simple sera de contacter l'établissement prêteur. Selon les termes de la loi Lagarde, il faudra que le crédit excède 10 000 euros pour que des pénalités puissent être appliquées.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits consommation

Notre fil d'info