Épargne : face à la Bourse, les Français préfèrent miser sur des placements atypiques

Mickaël Touré • 13 Février 2020 • 16:51

Le 3e baromètre de l'épargne et du développement de l'AMF (Autorité des Marché Financiers) révèle un comportement assez curieux des Français en matière d'épargne. Ils préfèrent miser sur des placements atypiques plutôt que de se lancer dans la Bourse.

Épargne : face à la Bourse, les Français préfèrent miser sur des placements atypiquesLes Français sont toujours peu enclins à investir en bourse - ©Unsplash - Austin Distel

Visiblement, les habitudes sont tenaces. Malgré un taux de rémunération en baisse depuis plusieurs années sur les livrets d'épargne garantis comme le livret A ou le LDDS – dont les taux sont passés à -0,5 % depuis le 1er février 2020 - les Français n'ont toujours pas confiance dans les placements boursiers.

C'est en tout cas ce que révèle le troisième baromètre de l'épargne et du développement publié, en janvier dernier, par l'AMF (Autorité du Marché Financiers). Plus surprenant, la défiance est telle que des placements plus atypiques semblent davantage attirer les épargnants français.

Les Français n'aiment pas le risque

Premier enseignement, en matière d'épargne, les opinions et les mentalités changent lentement. Les perceptions ancrées dans les habitudes des Français évoluent peu. Notamment en ce qui concerne la bourse. Ainsi, la confiance dans les placements en actions a baissé à 21 % en 2019, contre 28 % en 2018.

Dans ce contexte, même des événements marquants, comme la privatisation, pourtant hautement médiatisée, de la Française des jeux ou la nouvelle baisse de la rémunération des placements sans risques n'y change rien.

Seuls les jeunes actifs, en particulier les travailleurs indépendants, semblent davantage envisager cette solution afin de financer leurs projets. Selon l'AMF, ces épargnants, jugés dynamiques, sont 49 % à considérer un placement en actions d'ici 12 mois.

Une certaine déconnexion vis à vis des réalités du marché ?

Comment expliquer une telle défiance ? Toujours selon l'AMF, elle pourrait correspondre à une certaine méconnaissance du marché. Tout d'abord, beaucoup ignorent quel peut être la rémunération d'un placement en actions. Cela traduit également la nécessité d'un conseil de qualité sur ce sujet.

Plus encore, en matière de rémunération de leur épargne, les Français attendent des profits particulièrement élevés.

Par exemple, 56 % des personnes interrogées par l'AMF estiment que le taux de rémunération du sans-risque devrait se placer aux alentours de 3,3 %. Un chiffre qui monte à 4,1 % chez les moins de 35 ans. Dans le même temps, seuls 37 % des personnes ont su indiquer le taux de rémunération actuel du livret A, tandis qu'une personne sur trois n'a pas su répondre (34%).  

La tentation des placements plus atypiques

En matière d'investissement sur le long-terme, les Français raffolent toujours autant de l'investissement immobilier. En 2019, ils sont 32 % à estimer que ce placement est le plus adapté sur une longue période.

Plus surprenant, ils préfèrent miser sur des placements plus atypiques. Assez paradoxalement, ils font davantage confiance à des placements comme des actifs non-côtés, des cryptomonnaies, ou même des hectares de forêt.

Des comportements « à risque » motivés par des taux particulièrement alléchants. Bien qu'il existe des offres qualitatives en la matière, le risque de se faire flouer est également plus grand.

 

 
 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info