Épargne : les Français continuent de sur-épargner

La Rédaction • 07 Septembre 2021 • 14:25

Malgré des chiffres moins importants que pendant les confinements, la Banque de France continue de sur-épargner.

Épargne : les Français continuent de sur-épargner

Face à l'incertitude économique liée à la crise et à l'impossibilité de consommer normalement, les Français ont épargné massivement. A tel point que le gouvernement a dû tirer la sonnette d'alarme il y a quelques mois, afin de relancer la consommation.

Même si le plus dur de la crise sanitaire semble aujourd'hui derrière nous, la tendance semble pourtant se confirmer. Selon une note publiée ce mardi par la Banque de France, le surplus d'épargne financière entre l'année 2020 et le premier semestre 2021 s'élèverait à 157 milliards d'euros.

Une légère décélération constatée par la Banque de France

Dans le détail, la Banque de France constate tout de même une légère décélération, malgré un taux d'épargne qui restera largement au-dessus de la moyenne en 2021.

Malgré une reprise de l'activité, les Français semblent encore particulièrement méfiants en ce qui concerne l'avenir. C'est ce que confirme en substance François Mouriaux, directeur des statistiques monétaires et financières de la Banque de France : « Une lecture pessimiste de ces chiffres serait d'en déduire que les ménages restent très inquiets pour l'avenir et éprouvent le besoin de thésauriser ».

Pour autant, il préfère mettre en avant une autre hypothèse : « En ce cas, ce surplus d'épargne aurait été affecté sur des supports de placement ». Or, ces montants ont été, pour l'essentiel, laissés sur les comptes courants, en dépôts, à vue. Les encours de ces dépôts ont progressé de plus de 100 milliards d'euros depuis fin 2019 (+ 19 %).

Vers une reprise ?

Toujours selon François Mouriaux, le surplus d'épargne ne se résume pas à une volonté de ne pas consommer. Pour lui, « la part principale de ce surplus d'épargne correspond à une consommation qui a été reportée, en raison du choc de la crise et des mesures restrictives, et non pas à un renoncement à consommer. »

Reste que la conversion de cette épargne en consommation sera un enjeu majeur pour la reprise selon les experts. Un enjeu confirmé par François Villeroy de Galhau en introduction du rapport annuel de l'institution sur l'épargne réglementée, publié également mardi.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info