Comment gagner de l'argent en économisant sur l'assurance-emprunteur ?

Mickaël Touré • 17 Septembre 2019 • 17:33

Dans un contexte de taux toujours plus bas, le prix de l'assurance-emprunteur explose, jusqu'à parfois atteindre le coût des intérêts du crédit. Pourtant, il existe des moyens pour faire baisser le coût de son assurance-emprunteur.

Comment gagner de l'argent en économisant sur l'assurance-emprunteur ?

Ce n'est plus un mystère, il est actuellement possible de contracter un crédit immobilier au meilleur taux. Pourtant, bien que les emprunteurs puissent profiter de taux historiquement bas, leur facture peut tout de même monter à cause de l'assurance-emprunteur. Son coût total représente parfois plusieurs milliers d'euros et variera beaucoup en fonction de l'assureur.

Heureusement, il est possible de fortement réduire le coût de son assurance de prêt immobilier, à condition d'avoir les bons réflexes.

Attention au coût de l'assurance !  

Touchés de plein fouet par la baisse des taux d'intérêt, les assureurs doivent, en plus, composer avec une nouvelle législation qui se répercute sur le consommateur. En effet, la loi de finances 2019 a supprimé l'exonération de taxe fiscale sur les conventions d'assurances (TSCA) qui s'appliquait sur les garanties décès. Jusqu'au début de l'année, cette taxe (au taux de 9%) ne concernait que les garanties incapacités-invalidités et les pertes d'emploi.

Dans les faits, cette nouvelle mesure contraint les compagnies d'assurances à répercuter la hausse de leurs dépenses sur les consommateurs, et donc sur le coût de l'assurance-emprunteur. Cela se traduit par une hausse de la part de l'assurance sur le coût du crédit des particuliers. Ainsi, la part de l'assurance emprunteur sur le crédit immobilier ne cesse d'augmenter. Elle peut parfois représenter jusqu'à 40% du coût total du financement.

Faire jouer la concurrence

Cela étant, il est possible de réduire de plus de 50% le coût total de l'assurance. Une économie qui peut parfois atteindre les 10 000 euros. Pour cela, il est nécessaire de se montrer particulièrement attentif aux évolutions du marché de l'assurance-emprunteur.

En termes d'assurance-emprunteur, il faut comprendre que le tarif de l'assurance sera calculé en fonction de plusieurs critères : votre profil (santé, profession, fumeur etc...), le montant de votre emprunt (ou le capital restant dû) et les garanties de remboursement (décès, perte totale et irréversible d'autonomie, invalidité, incapacité de travail etc...). Avant de souscrire, il est donc nécessaire de faire jouer la concurrence, voire de solliciter l'aide d'un professionnel (courtier ou association de consommateurs).

Profiter de la législation

Depuis une dizaine d'année, de nombreuses lois ont été votées afin de faciliter la mobilité de l'emprunteur avant et après le choix de son assurance de prêt. 

En 2010 est votée la Loi Lagarde, du nom du ministre éponyme, Christine Lagarde, alors membre du gouvernement de Nicolas Sarkozy. Cette loi, mise en application le 1er juillet 2010, permet à l'emprunteur de choisir une assurance individuelle sans que la banque ne puisse modifier le taux du crédit immobilier.

En 2014, la loi Hamon va plus loin et autorise l'emprunteur à choisir un contrat plus compétitif lors de la première année, au plus tard 15 jours avant la date anniversaire.

Enfin, en 2018, l'amendement porté par le sénateur Martial Bourquin vient une nouvelle fois modifier les règles de mobilité de l'assurance-emprunteur. Grâce à l'amendement Bourquin, il est désormais possible de changer d'assurance de prêt chaque année grâce à la résiliation annuelle. La souscription à un nouveau contrat devra, dans tous les cas, posséder au moins les mêmes garanties que le contrat précédent. Unique contrainte, il faudra prévenir l'assureur au moins deux mois avant la résiliation.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les assurances de prêt

Notre fil d'info