Immobilier londonien : une stabilisation des prix à la suite du Brexit

Jacques-Olivier Busi • 24 Juin 2016 • 14:21

Le retrait du Royaume-Uni de l'Union Européenne (UE) va plonger l'immobilier de la capitale britannique dans une phase de transition. Tous les propriétaires d'actifs immobiliers doivent se faire du souci aujourd'hui, tout comme l'immobilier en France.

Immobilier londonien : une stabilisation des prix à la suite du BrexitLe marché immobilier londonien risque d'être peu touché.

Certains Britanniques avaient décidé d'attendre le résultat du référendum sur le Brexit avant de conclure l'achat d'un bien en France. Aujourd'hui, on ne peut que leur donner raison, puisque leurs finances vont être modifiées. La chute de la livre après le vote en faveur du Brexit a appauvri d'un seul coup les Britanniques. C'est notamment plus significatif par rapport au dollar, au franc suisse et au yen, et dans une moindre mesure face à l'euro.

Ce vendredi 24 juin marque un appauvrissement des propriétaires d'actifs au Royaume-Uni du fait de la chute de la livre, de la chute des actions britanniques et de la moindre valorisation de l'immobilier en raison de l'effet de change. Les premières estimations donnent une mise sous pression des prix à court terme avant une stabilisation de la dynamique du marché à long terme.

Un marché immobilier londonien peu touché

Les principales raisons pour les investisseurs en immobilier achetant à Londres sont la qualité du système éducatif, la langue et le style de vie. Des facteurs qui ne changeront pas avec le vote du Brexit et qui ne changeront donc pas la volonté des acheteurs les plus aisés. Le marché immobilier londonien devrait donc conserver une certaine attractivité. D'autant plus qu'avec l'effet de change, l'immobilier de la capitale britannique deviendra plus abordable, réduisant l'écart avec l'immobilier de luxe parisien.

"Le tempo du marché immobilier est plus lent que celui des bourses. Les projets sont plus lourds et plus complexes. Pour le moment, par l'effet devises, la baisse de la livre sterling a rendu le marché immobilier de Londres plus attrayant de 10%. Le marché va sortir de l'attentisme des cinq derniers mois et devrait se débloquer avec une correction à la baisse" estime Patrick Baseden, responsable de Barnes Investment Consulting.

Il ajoute que "le prix de l'immobilier a atteint des sommets à Londres, depuis quelques années, avec un prix moyen du mètre carré 2.7 fois plus cher qu'à Paris. La baisse devrait cependant rester continue dans un premier temps, tant les conséquences du Brexit restent incertaines".

>> A lire également : Brexit : quelles conséquences pour les banques françaises ?

Des résidences secondaires en France trop chères pour les Britanniques

Mis à part le marché de l'immobilier de luxe, les ménages britanniques vont être les premiers touchés par le Brexit. L'achat immobilier repose sur un investissement stable et confiant. Le résultat du vote est aujourd'hui connu mais les négociations à venir, sur la sortie de l'UE, ébranlent cette confiance et signent le début d'une phase d'incertitudes. Les demandes devraient donc ralentir. "D'autant que l'offre de crédits pourrait être réduite et que celle-ci se fasse à des taux plus élevés", note Grainne Gilmore chez Knight Frank.

Ainsi, les Britanniques, moins riches, devraient déserter le marché des résidences secondaires en France. Pourtant certains réseaux immobiliers français tentent de rester positifs pour leur activité. "Les nombreux Britanniques et les Européens, Français et Italiens notamment, travaillant à Londres dans la finance, les multinationales et les start-up, qui ont suspendu leurs projets au résultat du vote sur le Brexit vont concrétiser leurs intentions d'achat dans les 15 jours car la livre sterling est en train de perdre rapidement de la valeur par rapport à l'euro", espère Laurent Demeure, président de Coldwell Banker France et Monaco. L'avenir dira si le Brexit aura des conséquences positives, ou non,  sur le marché de l'immobilier français.

>> A lire également : Brexit : la Banque d'Angleterre prête à injecter 326 milliards d'euros dans les marchés

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info