Immobilier : malgré la crise, les Français toujours prêts à investir

Mickaël Touré • 07 Avril 2020 • 17:55

Selon un sondage de Drimki, les Français restent prêts à investir dans la pierre après la crise.

Immobilier : malgré la crise, les Français toujours prêts à investir

Le marché de l'immobilier résistera-t-il à la crise ? Difficile de répondre à cette question pour le moment. Néanmoins, plusieurs indicateurs peuvent permettre de dégager des tendances. Selon un sondage  réalisé par Drimki, spécialiste de l'estimation immobilière, les Français ne semblent pas avoir renoncé à leurs projets immobiliers.

Le moral des Français logiquement en baisse

Bien sûr, la crise sanitaire et les mesures de confinement pèsent sur le moral des Français. Ainsi, selon le sondage, la part des Français qui souhaitent acheter a logiquement baissé.

En février, 17 % des sondés voulaient acheter un bien immobilier dans les 12 mois et 83 % ne le désiraient pas. En mars, 15 % des personnes interrogées veulent acheter dans les 12 mois un appartement ou une maison et 85 % n'en ont pas envie. Soit une baisse assez légère.

En revanche, cette diminution est plus palpable chez les 25-34 ans. La part de ceux qui veulent acheter est ainsi passée de 31 % en février à 27 % en mars. Cette part reste néanmoins stable à 31 % chez les cadres. De même, l'agglomération parisienne reste une des zones les plus dynamiques (21% d'intention d'achat).

Les Français regardent vers l'avenir

Ainsi, comme l'analyse Drimki, les Français sont dans l'attente « la crise actuelle semble infléchir légèrement les intentions d'achats immobiliers, mais sans venir totalement bouleverser la donne. Sans doute parce que nombre de Français sont encore dans l'expectative concernant la durée du confinement et l'après-crise".

Drimki précise également que les intentions d'achat n'ont pas diminué « toujours près d'un cinquième des Français ayant un projet immobilier dans les 12 prochains moins ont ce désir (19%). Assez naturellement, ceci se vérifie davantage chez les personnes disposant de revenus plus confortables, au-delà de 3.000 euros mensuels (28%) ». Reste désormais à savoir quelle sera l'attitude des banques en matière de crédit immobilier...

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info