Immobilier : ménages modestes et plus jeunes réaccédent au crédit sur des durées plus longues

Johan Garcia • 23 Octobre 2014 • 12:36

Les taux des crédits immobiliers sont tombés à 2,52% en octobre selon l'observatoire du Crédit Logement CSA. Du jamais vu. Cette baisse permet à des ménages plus modestes et des primo-accédants d'emprunter à nouveau, sur des durées d'au moins 25 ans.

Immobilier : ménages modestes et plus jeunes réaccédent au crédit sur des durées plus longues750.000 ménages empruntent chaque année dans l'ancien et le neuf

3 mois de plus. Cela semble peu et pourtant cette hausse de la durée moyenne des prêts au 3e trimestre 2014 (vs T3 2013) illustre bien la modification du paysage du crédit immobilier en France, selon le dernier observatoire du Crédit Logement/CSA, révélé mercredi 22 octobre 2014.

Un accroissement de la durée au T3 2014 aussi bien dans le neuf (+ 7 mois) que dans l'ancien (+ 3 mois), par rapport à la même période 2013.

Des taux bas qui profitent légèrement aux primo-accédants et aux ménages modestes

La baisse des taux depuis plusieurs mois a incité les ménages à un recours accru à l'endettement. Depuis décembre 2013, les taux ont baissé en moyenne de 0,56 point, pour s'établir à 2,52% en octobre. « Aucun dispositif public n'est aussi puissant pour soutenir la conjoncture et redynamiser le marché » note Michel Mouillart, professeur d'économie et directeur de l'observatoire Crédit Logement/CSA. « Tous les prêts au-dessus de 3,5% sont en train de disparaitre », ajoute-t-il.

Une baisse des taux qui permet aux « ménages plus jeunes et plus modestes de faire leur retour sur ce marché » selon M. Mouillart. Un retour qui se répercute par la baisse sensible « des taux d'apports personnels » et la hausse des durées moyennes des prêts, « surtout portée par les jeunes ménages primo-accédants », analyse le professeur d'économie.

Des taux bas pour emprunter plus

750.000 ménages empruntent chaque année dans l'ancien et le neuf note l'observatoire. Pour l'ensemble de ces ménages, la baisse des taux depuis 2012 a correspondu à une chute des prix de l'immobilier de 13% et à une hausse de leur pouvoir d'achat de 5%.

Des taux d'intérêts plus faibles qui permettent aussi aux emprunteurs de viser des biens plus chers. Résultat le coût moyen des opérations passe à 203.000 euros et le montant global emprunté de 154 à 160.000 euros.

Attention toutefois. Des écarts de taux importants sont à noter selon l'observatoire, en fonction de la « qualité » des profils selon les critères des banques. Des écarts croissants avec l'augmentation de la durée du prêt, puisque les banques favorisent les durées d'emprunt plus courtes, auprès de profils moins risqués qui possèdent souvent un apport personnel supérieur.

Des écarts de plus de 0,60 point entre les différents taux sont pointés selon l'observatoire. Ainsi pour un emprunt sur 20 ans, les meilleurs profils pourront emprunter à taux fixe à 2,41% en moyenne, contre 3,03% pour les moins bons.

Une bonne nouvelle toutefois, « les conditions de crédit devraient rester très bonnes jusqu'à l'été voire l'automne 2015 », prévoit l'étude du Crédit Logement/CSA. Les taux devraient augmenter peu à peu à partir du deuxième trimestre 2015, pour atteindre une hausse de 0,20 point.
 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info