Paiement : les festivals se laissent séduire par le "cashless"

Marie Nahmias • 30 Août 2016 • 11:25

Fini la ferraille qui alourdit le porte-monnaie. Cette année, Rock en Seine a proposé aux festivaliers de payer leurs consommations à l'aide d'un bracelet de paiement sans contact relié à un compte PayPal.

Paiement : les festivals se laissent séduire par le "cashless"Un rechargement automatique peut être mis en place sur ce bracelet "cashless".

Après les monnaies locales ou les systèmes de jetons, place aux bracelets sans contact. Cet été, de nombreux festivals se sont laissé tenter par le paiement "cashless". Les premières expérimentations avaient eu lieu en 2015, les Vieilles-Charrues étaient alors pionnières avec le bracelet Moneiz. Depuis le dispositif, s'est invité dans les plus grands festivals de France : Les Francofolies de la Rochelle, We Love Green (Paris), Main Square (Arras)...

Le "cashless", pour ceux dont le nom n'est pas encore évocateur, est susceptible de prendre différentes formes. Ainsi en fonction du moyen de paiement que privilégie le festival, les consommateurs peuvent acheter leurs bières munis d'une carte jetable, de leur téléphone...ou d'un bracelet.

C'est ce dernier système qu'a retenu Rock en Seine, qui s'est tenu du 26 au 28 août au parc de Saint-Cloud (92). En association avec PayPal France, le spécialiste du paiement en ligne, les organisateurs de l'évènement ont voulu faciliter les achats des festivaliers. Pour la monnaie locale, il fallait, en effet, "faire la queue à l'entrée, puis à la sortie, pour échanger la monnaie du festival avec les euros", explique au quotidien Les Echos Francis Barel, responsable du développement de PayPal France.

Aucune installation d'application de paiement n'est nécessaire avec le bracelet "cashless" et contrairement aux smartphones la batterie ne risque pas de s'épuiser. En outre, il est assez compliqué de le voler ou de le falsifier.

Un gain de temps pour les vendeurs et les consommateurs

Une fois leur billet d'entrée scanné, les festivaliers de Rock en Seine se sont vu remettre le fameux bracelet à puce relié à un compte Paypal. Si ces derniers avaient au préalable rechargé leur compte via le site web ou l'application dédiée, leur solde était automatiquement crédité. Autrement, ils ont dû se rendre dans l'une des banques "cashless" présentes sur l'événement et payer 1 euro pour effectuer l'opération.

Ensuite, plus besoin d'espèces, ni de Carte Bleue pour payer la nourriture, les boissons ou le merchandising. Un gain de temps non-négligeable, puisqu'il suffit au vendeur de scanner le bracelet avec un smartphone pour que soit instantanément débiter la somme d'argent.

>>Lire aussi : Visa lance sa bague de paiement sans contact pour le grand public

Un système qui incite à davantage de consommation ?

"Un rechargement automatique peut être mis en place : quand le solde passe sous la barre des 5 euros, 20 euros sont crédités. Cette fonction est toutefois limitée à 60 euros, soit trois rechargements automatiques, pour éviter les mauvaises surprises", rapporte Francis Barel.

Selon le responsable du développement de PayPal France, si les dépenses augmentent avec ce paiement rapide et simplifié "ce n'est pas parce que chaque festivalier consomme davantage, mais parce que plus de personnes consomment. Beaucoup étaient découragées par les longues files d'attente", souligne-t-il.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les banques en ligne

Notre fil d'info