Placement : Et si c'était le moment d'investir dans l'or ?

Jacques-Olivier Busi • 12 Août 2016 • 15:49

Depuis le début de l'année 2016, l'once d'or ne cesse de voir sa demande augmentée. Cette matière première reste néanmoins un placement risqué, même si elle est vue comme la valeur refuge par excellence en temps de crise.

Placement : Et si c'était le moment d'investir dans l'or ?L'or paraît être un investissement risqué puisqu'il est à la fois une matière première mais aussi une devise.

Peut-on parler d'un placement en or ? Au mois de juillet, l'once d'or s'échangeait à 1.351 dollars (environ 1.209 euros), d'où une progression de 11% depuis le Brexit. En comparaison avec le début de l'année 2016, la hausse atteint même 27%. Pourtant ces chiffres n'atteignent pas les niveaux record, atteints en septembre 2011, où l'once s'échangeait à 1.921 dollars. Depuis cette date, jusqu'à 2015, le cours de l'once n'a cessé de rester chuté, même de façon famélique.

Une conjoncture favorable au rebond de la valeur de l'or

Ainsi, dans son rapport de gestion pour l'année 2016, le fonds AAZ Prestige résumait : "Gageons que 2016 sera l'année du rebond, rendu possible par une meilleure gestion des mines, une baisse des coûts d'extraction corrélés aux cours du pétrole, et une moindre appétence au dollar avec, en toile de fond, un ralentissement de l'économie américaine".

Ces espérances ont été exaucées, les résultats des mines d'or ont été meilleurs. "Les actions aurifères ne sont pas loin d'attendre 100% de progression depuis le début de l'année", précise Alexis Bienvenu dans un rapport de gestion du fonds Stamina Or, en juin. Pourtant, l'élément responsable du rebond de l'or est sans équivoque, le vote des Britanniques pour une sortie de l'Union Européenne. "Les actifs considérés comme refuge se sont nettement appréciés", ajoute Alexis Bienvenu.

L'or profite de plusieurs facteurs lui conférant une conjoncture favorable à une remontée continue de sa valeur. Le gérant de Stamina Or estime que la "fuite vers des actifs refuges n'est pas forcément terminée". "La confusion liée au vote britannique, à l'élection américaine, à la dévaluation chinoise, aux manoeuvres des banques centrales mondiales, ne semble pas prête de disparaitre. Sans compter les facteurs de risques imprévisibles, liés en particulier aux montagnes de dettes à taux négatif émises par des Etats surendettés".

Un investissement particulier et risqué

Cependant, l'investissement en or repose sur l'acquisition de supports directs comme des fonds, des ETF mais aussi des pièces, des lingots ou des bijoux. Tous ces supports ne supportent pas la même évolution du cours de l'or. Par exemple, le fonds peut avoir une part de diversifications alors que les pièces peuvent profiter d'un phénomène de rareté, jouant un rôle conséquent sur l'impact des variations du cours de l'or.

Ainsi, pendant que l'or voyait sa valeur augmentée de 11% entre fin mai et fin juillet, la pièce de 20 dollars de 7,2% et le lingot d'or de 9,6%. Pour les bijoux, la valeur de la revente dépend de l'acquéreur qui rachète la matière première. D'autant plus que lors d'un rachat, les prix peuvent être revus à la baisse par rapport à la valeur réelle du support.

En outre, selon des économistes américains, l'or a dégagé un taux de rendement annuel de 1,1% entre 1836 et 2011, en estimant que "l'or n'a pas offert de rendement moyen réel élevé au cours des désastres macroéconomiques". En effet, l'or n'apporte pas de revenus sauf à sa revente. Par ailleurs, la valeur de l'or est soumise aux décisions des banques centrales dont les réserves sont composées d'or. La Chine et l'Inde ont acheté de l'or ces dernières années ce qui explique la progression de la valeur de l'once. L'or paraît donc être un investissement risqué puisqu'il est à la fois une matière première mais aussi une devise.

>> A lire également : Conséquence du Brexit, l'or atteint son plus haut niveau depuis mars 2014

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les placements

Notre fil d'info