Prix à la consommation : la déflation refait surface en février

Hugo Eugene • 29 Février 2016 • 14:16

Sur le mois de février, les prix à la consommation ont progressé de 0,2%. Entraînés notamment par la chute des prix de l'énergie, ils accusent pourtant une baisse de 0,2% en ce qui concerne le rythme annuel.

Prix à la consommation : la déflation refait surface en févrierL'inflation est retombée dans le rouge pour le mois de février

Les prix à la consommation se remettent à reculer en France. Pour la première fois en 11 mois, fin février, l'inflation a diminué de 0,2% après une hausse inverse et similaire en janvier. Selon un indicateur de l'Insee, nous ne sommes pas loin d'une baisse générale et durable des prix, synonyme de déflation.

Entre janvier et mars de l'année dernière, l'évolution de l'inflation avait déjà été négative, avec un recul annuel pouvant aller jusqu'à 0,4%. Les prix s'étaient alors remis à grimper de manière modeste, avec notamment un pic à +0,3% observé au mois de juin.

Indice des prix à la consommation, évolutions annuelles en % ; base 100 : année 2015

(p) données provisoires

*: indice des prix à la consommation

**: indice des prix à la consommation harmonisé

Champ : France hors Mayotte

Source : Insee - indices des prix à la consommation

Chute des prix de l'énergie et calendrier défavorable

Cette faiblesse persistante de l'inflation est expliquée par la conjonction de deux phénomènes. Premièrement, la chute des prix de l'énergie, qui accuse une baisse de 6,8% en rythme annuel, pour le mois de février. Une tendance liée à l'effondrement des cours du pétrole et qui explique un repli bien plus important que celui calculé l'année dernière à la même époque (-3,8% en rythme annuel également).

Deuxièmement, "le décalage du calendrier des vacances scolaires de la zone C pèserait sur les prix des services touristiques cette année", explique l'Institut de la statistique dans son indicateur. Résultat : les prix de l'ensemble des services ne progressent que de 0,8% en février alors qu'ils augmentaient de 1,3% un an plus tôt.

Réduction du prix des produits et risques sur l'épargne

Les conséquences de cette situation sur le quotidien des ménages sont positives puisqu'elles tirent vers le bas les prix des produits de consommation et limitent les possibilités de revalorisation des loyers. Elles sont négatives d'un autre point de vue, puisqu'elles effritent le rendement du Livret A et sa formule de calcul dépendante de l'inflation qui pèse sur les revalorisations salariales. 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits consommation

Notre fil d'info