Reconfinement : cette fois, les assureurs français montent au créneau

Mickaël Touré • 02 Novembre 2020 • 15:25

Pointés du doigt lors du premier confinement, les assureurs français entendent bien prendre les devants lors de cette seconde vague.

Reconfinement : cette fois, les assureurs français montent au créneau

Pour les assureurs français, pas question de réitérer les erreurs du premier confinement. Souvent critiqués lors du premier confinement, notamment par les pouvoirs publics, les assureurs ont décidé d'annoncer dès le début de cette nouvelle vague, une série d'engagements envers les entreprises et les particuliers.

La FFA s'engage

Ainsi, à travers la Fédération Française de l'Assurance (FFA), les assureurs français se sont collectivement engagés « à renoncer à au moins un mois de loyer pour les entreprises fermées administrativement de moins de 250 salariés et pour les hôtels, cafés et restaurants, durant les mois d'octobre, novembre et décembre 2020 », explique un communiqué.

Toujours selon le communiqué, ils s'engagent également à « continuer à assurer les commerces forcés de fermer par une décision administrative, même en cas de retard de paiement de leurs primes d'assurance pendant toute la période du confinement, offrir la couverture prévoyance pour toute personne vulnérable en affection longue durée, placée en arrêt de travail selon la procédure dérogatoire prévue aujourd'hui par la sécurité sociale ».

Soutenir particuliers et entreprises

À travers cette série de mesure, les assureurs entendent donc soutenir massivement entrepreneurs et particuliers. Lors de la première vague, de nombreux litiges ont opposé assureurs et entrepreneurs.

Des secteurs comme la restauration étaient notamment pointés du doigt en raison de l'interprétation des clauses d'assurances pertes d'exploitation prévues dans les contrats.

Une mauvaise publicité dont s'était défendue Florence Lustman, présidente de la FFA. Selon elle,  le plan de relance prévue était de « 1,5 milliard d'euros » tandis que les mesures de solidarité, individuelles ou collectives, dépassaient les 2,3 milliards d'euros.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les assurances de prêt

Notre fil d'info