Surendettement : dettes immobilières et crédit conso au même niveau

Thomas Saint-Antonin • 06 Février 2018 • 17:57

La France connaît un effritement du taux de surendettement en 2017, de la même manière, le montant des dettes concernées fléchit.

Surendettement : dettes immobilières et crédit conso au même niveau...

En 2017, plus de 180 000 dossiers de surendettement ont été déposés, soit un recul de 5% par rapport à 2016. Parmi ces dossiers, une majorité a été perçue comme recevable, 166 000 plus exactement. Le montant total des dettes s'élève lui à 7,2 milliards d'euros, soit un repli de 2% par rapport à l'exercice précédent. De la même manière, cette année été frappée par un reflux des crédits à la consommation dans les cas de surendettement. Aujourd'hui, les sommes concernées ne représentent plus que 37,4% du montant total des dettes traitées, tandis qu'elles étaient expressément majoritaires au début des années 2000.

A ce jour, la liaison entre le surendettement et le crédit à la consommation est présente dans quatre cas sur cinq, contre neuf sur dix en 2012. A contrario, la part des crédits immobiliers a distinctement augmenté dans les sommes allouées au surendettement. En cinq ans, cette part s'est quasiment hissée au niveau de celle des prêts à la consommation. Cependant, ces fluctuations concernent uniquement les situations de surendettement. Pourquoi ? Car les crédits à la consommation connaissent une hausse fulgurante sur l'ensemble des prêts contractés par les Français.

L'intervention des pouvoirs publics

L'importante réduction des taux d'intérêt peut expliquer la dissonance entre l'évolution de l'endettement des ménages français et le surendettement. A cet effet, la banque de France évoque des « politiques publiques visant à mieux protéger les ménages des pratiques excessives ».

Déjà en 2016, le sujet épineux du surendettement faisait parler. Le Gouverneur de la Banque de France s'exprimait le 12 juillet 2016 dans la République du Centre : « C'est une mission extrêmement importante pour nous. Nous avons proposé une simplification de la procédure actuelle, qui réduirait la durée de traitement d'environ quatre mois, en supprimant la phase amiable, qui ne conduisait qu'à retarder la solution. Certains prêteurs spécialisés et des banques contestent cette suppression. C'est un mauvais combat de leur part ! ».

La loi Lagarde de 2010 fait partie de ce déploiement. Elle permet de resserrer les règles pesant sur le crédit à la consommation, et plus particulièrement, le crédit renouvelable parfois décrié dans une situation de surendettement.

Enfin, un portail d'aide et d'accompagnement a également été mis en place par la Banque de France afin de mettre à disposition du public, une information neutre et pédagogique. 

>> A lire aussi > Crédit consommation : il imite la signature de son épouse pour financer ses cours de danse 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits consommation

Notre fil d'info