VIDEO. Quel sera le visage de Strasbourg en 2020 ?

Anissa Hammadi et Johan Garcia • 24 Avril 2015 • 16:06

Dans le cadre de son tour de France de la construction, la ministre du Logement et de l'Egalité des Territoires, Sylvia Pinel, a fait halte à Strasbourg mardi. Retour sur les projets innovants de la capitale de l'Europe.

VIDEO. Quel sera le visage de Strasbourg en 2020 ?Dans le cadre de son tour de France de la construction, la ministre du Logement et de l'Egalité des Territoires, Sylvia Pinel, a fait halte à Strasbourg mardi. Retour sur les projets innovants de la capitale de l'Europe.

C'est la 6e étape de son "tour de France" de la construction. La ministre du Logement et de l'Egalité des Territoires Sylvia Pinel s'est arrêtée à Strasbourg (Alsace) mardi 21 avril pour "se rendre compte sur le terrain des initiatives innovantes, adaptées aux habitants".

À la suite de l'appel à projets EcoCités lancé par le ministère de l'Ecologie en 2009, celui de Strasbourg a été retenu et classé 3e sur 19 dossiers. Intitulé "Métropole des Deux-Rives", le projet comprend, entre autres, l'aménagement de l'écoquartier Danube, de la Coop, la création d'une nouvelle maison universitaire internationale, de l'îlot Lombardie et de l'îlot bois.

En tout, pas moins de 250 hectares sont en pleine mutation. Ce développement va de pair avec l'extension du tramway reliant Strasbourg à Kehl, ville allemande de l'autre côté de la rive.

•    La Coop transformée en pôle culturel d'ici 2019

Historiquement, la Coop est l'ancien siège social de la coopérative laitière, une entreprise emblématique de la région. La ville de Strasbourg l'a rachetée 5,25 millions d'euros. Située au Port du Rhin, elle sera métamorphosée en lieu de vie culturel et numérique dès 2016, pour remplacer à terme la Laiterie en 2019. 

Projet autour de la culture hors-les-murs. Source : Strasbourg.eu

Lancé en mars dernier, le projet a pour but de réunir artistes, enseignants et acteurs du numérique autour de "Fab Lab" (ateliers partagés. Objectif, "en faire une vitrine européenne du numérique et de la culture, un lieu de création et de diffusion", selon Éric Bazard, directeur général de la SPL Deux-Rives (société publique locale Deux-Rives, qui gère l'urbanisation des bords du Rhin, ndlr).

Concrètement, des bureaux, des incubateurs de start-up, des ateliers artistiques et artisanaux ainsi que des lieux de formations pourront s'y installer. Le quartier s'animera autour d'expositions, de concerts, d'arts ludiques et numériques et mettra également l'accent sur la vie locale citoyenne et solidaire. La Ville se laisse jusqu'en 2019 pour tout mettre en place, date de l'inauguration de la Coop Musique-s.

Projet Coop musique StrasbourgSource : Strasbourg.eu

•    Citadelle, un quartier au bord de l'eau d'ici 2020

Intégré au port fluvial, le quartier Citadelle pose une autre problématique, celle de "réinventer Strasbourg" sur le Rhin, comme l'indique Alain Jund, adjoint au maire (EELV) chargé de l'urbanisme. Aménagement des bords de quais, projet de port de plaisance... Le quartier sera définitivement tourné vers les rives. En 2016, une consultation sera lancée pour un projet mixte mêlant logements et activités, suivie d'une "activation saisonnière et événementielle" du site.

En 2019, deux inaugurations importantes verront le jour : celles de la place centrale et de la promenade des quais. Enfin, Citadelle sera achevée en 2020, avec l'ouverture du terminal croisières.

Petit à petit, le but est d'amener les Strasbourgeois à découvrir ce territoire

Alain Jund, adjoint au maire (EELV) chargé de l'urbanisme.

•    L'îlot bois, des logements écolos à partir de 2017

Projet phare de l'EcoCités, l'îlot bois est un programme de 400 logements qui se veut innovant et respectueux de l'environnement. Comme son nom l'indique, les façades mais aussi la structure même des bâtiments seront en bois.

Il sera composé de plusieurs bâtiments avec un impact carbone et environnemental "le plus faible possible", explique Stéphanie Strasser, chef de projet. Au moins un tiers du programme sera dédié à l'habitat social, dont de l'habitat participatif. "Le défi, c'est que le projet s'intègre à la ville et qu'il reste accessible à tous", souligne Roland Ries.

Sur cette opération, le challenge est double : proposer des loyers à bas coût, malgré la noblesse du matériau, et supprimer les contraintes des réglementations techniques de la structure bois. À ce jour, le permis de construire est en cours d'obtention, et les chantiers devraient débuter en 2017.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info