Les agences immobilières peinent encore à afficher leurs honoraires

La rédaction • 03 Mars 2017 • 11:31

A l'aube de l'entrée en vigueur d'un arrêté relatif à la clarification des informations prodiguées par les agences immobilières émanant de la loi Alur, une enquête de la DGCCRF montre que plus d'un établissement sur deux présente au moins une anomalie. C'est l'absence d'informations sur les honoraires qui est la plus souvent citée.

Les agences immobilières peinent encore à afficher leurs honorairesPlus d'une agence immobilière sur deux présente une anomalie

641 avertissements, 568 injonctions, 42 procès-verbaux et 30 amendes administratives. Les résultats du contrôle effectué par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) auprès de 1.000 agences immobilières en 2016, laisse planer le doute sur la volonté des établissements de répondre à l'appel gouvernemental sur la transparence des tarifs.

Dès le 1er avril prochain, celles-ci sont ainsi conviées à préciser leurs annonces en termes de location et vente de logement. Elles doivent notamment détailler les honoraires de l'agent immobilier ou encore le montant du loyer "tout compris". Cependant, d'après l'enquête de la DGCCRF, plus de la moitié (55%) présente au moins une anomalie. C'est l'absence d'informations détaillées sur les honoraires de l'agent immobilier qui revient le plus dans les citations.

Pour aller plus loin, l'administration a également contrôlé les activités des syndics de copropriété pour estimer si l'application du contrat-type créé par la loi Alur est bien entrée en vigueur. Elle indique dans son rapport que 64 établissements (sur 210 contrôlés) ne respectent pas encore la réglementation liée à ce contrat-type.

>> A lire aussi > Immobilier : les professionnels ne veulent pas afficher leurs honoraires

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info