La Chine, pionnière du paiement par reconnaissance faciale

Mickaël Touré • 04 Avril 2019 • 16:14

Après avoir testé le paiement par reconnaissance faciale dans plusieurs enseignes, c'est désormais le métro chinois qui expérimente cette technologie. Un moyen de paiement futuriste qui pourrait vite modifier le quotidien des Chinois. Voir du monde entier.

La Chine, pionnière du paiement par reconnaissance facialeLe paiement par reconnaissance faciale de plus en plus présent en Chine

Décidément, la Chine n'hésite pas à expérimenter de nouvelles technologies. Après le paiement mobile et/ou en ligne, c'est peut-être une nouvelle étape qui est en passe d'être franchie. 

En effet, le paiement par reconnaissance faciale est actuellement en phase de test pour les trajets en métro.

Un système de paiement qui tend à se démocratiser

Apparemment très sensible à cette technologie, le paiement par reconnaissance faciale semble entrer de plus en plus dans le quotidien des Chinois.

Dès 2017, la chaîne de Fast-food américaine KFC expérimentait le paiement par reconnaissance faciale dans un restaurant de la ville d'Hangzhou.

Le groupe de restauration Yum, propriétaire de KFC ou encore de Pizza Hut s'était alors associé avec Alipay – du géant Chinois du commerce électronique Alibaba – pour concevoir cette nouvelle technologie.

L'année dernière, c'est Carrefour qui inaugurait son premier magasin proposant le paiement par reconnaissance faciale. Cette fois en collaboration avec un autre géant de la tech chinoise Tencent. Une fois arrivé à la caisse, il suffit de montrer son visage à une caméra pour valider la transaction.

Devant le succès de l'opération, Natalie Yu, vice-présidente de Carrefour Chine, a annoncé lors de la China Connect de 2019, que le paiement par reconnaissance faciale serait disponible dans l'ensemble des 210 hypermarchés du groupe.

Début 2019, les autorités de Wenzhou ont ouvert la première rue commerçante du pays, utilisant le paiement par reconnaissance faciale. Sur toute la rue, il suffit désormais aux clients de regarder le périphérique de la taille d'un Ipad pour effectuer le paiement en moins de 10 secondes.

Considéré comme le berceau du partenariat privé dans le pays, Wenzhou s'est associé à Ant Financial (opérateur de la plus grande plate-forme de paiement en ligne) et encore une fois à Alipay.

Le paiement par reconnaissance faciale arrive dans le métro Chinois

Dernièrement, c'est dans le métro que ce type de paiement a été expérimenté.

Avec quelque 5 millions de déplacements par jour en Chine, il devenait indispensable de fluidifier l'accès au métro. La solution pourrait donc passer par le paiement via la reconnaissance faciale.

Selon le South China Morning Post, le système sera appuyé par la 5G ainsi que l'IA. Il suffira d'une empreinte biométrique du visage et des renseignements bancaires.

Pour le moment, une seule station bénéficie de cette technologie, celle de Futian à Shenzhen. Si l'expérience est un succès, le processus sera vite démocratisé à tout le pays.

Une technologie pas fiable à 100 %

Cela pourrait être le gros point noir de la technologie. La reconnaissance faciale n'offre pas tous les gages de fiabilité.

Que faire par exemple en cas de jumeaux, ou dans une moindre mesure de sosie. La différenciation serait alors au mieux très difficile, au pire carrément impossible.

Par ailleurs, le système pourrait également poser de gros problème vis-à-vis des libertés individuelles.

Il serait alors très facile de suivre un individu à travers ses pointages via le système de paiement par reconnaissance faciale.

D'ailleurs, les deux géants Américains Microsoft et Amazon ont déjà fait part leur inquiétude vis-à-vis de cette technologie. Ils exhortent déjà la justice à se saisir du dossier afin de la réguler avant qu'il ne soit trop tard.

En juin dernier, Brad Smith, président et directeur juridique de Microsoft, publiait à cet égard un article de blog en demandant la régulation de la reconnaissance faciale en détaillant très précisément ses dangers. Amazon proposait quant à elle cinq directives afin de réguler la reconnaissance faciale.

La Chine veut trouver la parade

En Chine, des solutions sont déjà envisagées pour palier les fraudes éventuelles. Toute tentative de fraude pourrait être sévèrement punie par les autorités.

Si un individu venait à ne pas payer, il pourrait immédiatement être retrouvé via une application et par la police qui dispose déjà de lunettes... à reconnaissance faciale.

Par ailleurs, une tentative de fraude pourrait également avoir un impact négatif sur la note sociale de l'individu. Pour rappel, ce dispositif tout droit sorti d'un scénario de la série Black Mirror, doit permettre de rendre le citoyen chinois « meilleur » selon les critères du Parti communiste chinois.

En cas de note négative, le citoyen fautif pourra se voir interdire l'accès à des prêts bancaires, à des logements sociaux ou donc au transport en commun. Il vaudra donc mieux s'arrêter devant le système de reconnaissance faciale avant de rentrer dans le métro.

Quid des autres pays ?

En France, le paiement par reconnaissance faciale est bien sûr déjà envisagé. L'entreprise Ingenico, leader dans le domaine des paiements intégrés a déjà proposé des paiements via une « validation biométrique faciale ».

Il repose à peu près sur le même système que le « Smile to pay » mis en place par Alibaba notamment dans les restaurants KFC. Il requiert tout de même l'utilisation d'une carte bancaire.

Une photo d'identité est ajoutée à la carte et le terminal de paiement équipé d'une caméra qui authentifie directement l'utilisateur grâce à sa photo.

Par ailleurs, le système de reconnaissance faciale a déjà été utilisé dans d'autres secteurs. Par exemple, elle a déjà été utilisée dans un lycée français pour filtrer les élèves et limiter les intrusions.

La technologie a également été expérimentée par la police britannique.

Enfin, aux Etats-Unis, Amazon va encore plus loin. Le mastodonte américain propose par exemple des épiceries où vous n'avez même plus besoin de passer à la caisse.

Dès que vous rentrez dans le magasin, un portique scanne votre smartphone. Des capteurs et des algorithmes scannent ensuite en temps réels les produits que vous mettez dans votre panier.

Vous pouvez ensuite sortir sans passer par la caisse, l'argent est directement débité sur votre compte Amazon. Quand on vous dit que le futur n'est plus très loin... 

>> À lire également 

Peut-on faire confiance aux modes de paiement alternatifs ?

 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les banques en ligne

Notre fil d'info