Crédit : les victimes d'Ader Capital ne sont pas au bout de leurs peines

Lisa Niquet • 24 Avril 2019 • 17:28

Ader Capital, une société mise en liquidation judiciaire en novembre 2018, faisait la promesse mensongère à ses clients d'annuler leurs dettes, depuis les victimes continuent d'être démarchées par des individus peu consciencieux.

Crédit : les victimes d'Ader Capital ne sont pas au bout de leurs peinesLes anciens clients d'Ader Capital, en proie au démarchage malhonnête.

Les dettes s'entassent et les arnaques aussi. Les anciens clients d'Ader Capital, liquidé fin 2018, sont de nouveau la cible de démarcheurs malhonnêtes.

Un groupe Facebook de 386 membres

Ader Capital, via la société Crédit Consulting, avait promis à ses clients d'alléger leurs dettes en les rachetant et en leur faisant contracter un ou plusieurs crédit consommation. Puis Ader Capital était chargé de faire fructifier l'argent dans des « paradis financiers » afin d'effacer la totalité ou presque des emprunts de ses clients. La promesse de la société était de libérer l'emprunteur au bout de deux ans, sans augmenter ses charges.

Alors que Crédit consulting était mis en liquidation judiciaire le 15 novembre 2018, les victimes espéraient se voir rétribuer leur argent. Il y a sept mois, s'ouvrait sur Facebook le « collectif de soutien aux clients Ader Capital » destiné à engager une action commune en justice en se faisant représentés par un avocat. Le groupe compte aujourd'hui 386 membres et il continue d'être alimenté.

De nouvelles tentatives d'arnaques

Et justement, c'est là que le bât blesse. L'UFC que choisir a dévoilé le 17 avril une supercherie dont sont victimes l'ancienne clientèle de la société de rachat de crédit londonienne.

Certains ont reçu la lettre d'un faux cabinet d'avocats, Dupond & Associés, basé à Paris, proposant de les représenter, sans frais, devant le tribunal de grande instance de Paris. En revanche, les prétendus avocats demandent 30 % des indemnités que les clients percevront. Les arnaqueurs l'illustrent d'un exemple. Pour rappel, aucune affaire n'a été ouverte à cet endroit contre la société Ader.

En revanche, L'UFC que choisir de Nancy annonçait le 22 février 2019, l'enquête judiciaire en cours et soulignait que les victimes pouvaient encore déclarer leur dette et « faire une requête en relevé de forclusion auprès du tribunal de commerce de Nantes ». Elle déclarait également que les personnes concernées pouvaient se manifester à l'adresse mail aderk@ufc54.fr pour connaître la marche à suivre.

Un billet publié par l'UFC, daté du 17 avril, confirme que les victimes ne pourront pas se constituer partie civile tant que le juge n'aura pas renvoyé renvoie les responsables d'Ader devant le tribunal de Nantes.

>> À lire également :

Piratage informatique : trois hommes arrêtés après avoir dévalisé des distributeurs de billets

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les rachats de crédits

Notre fil d'info