Le marché du locatif privé toujours en baisse en 2015

Hugo Eugene • 19 Février 2016 • 17:31

L'année dernière, sur la quasi-totalité du territoire français, le groupe Century 21 a observé un phénomène de modération des loyers. À Paris cependant, l'encadrement par la loi Alur a conduit les propriétaires bailleurs à hausser les loyers des 4 pièces souvent sous-évalués.

Le marché du locatif privé toujours en baisse en 2015Les prix du marché du locatif privé ont globalement baissé en 2015

En 2015, les loyers ont baissé. Cette modération concerne quasiment tous les types de surfaces : les studios sont en repli de 1,2%, les deux-pièces de 0,7%, les trois-pièces de 0,3% et les quatre pièces de 1,5% selon l'agence immobilière Century 21. Seuls les appartements de 5 pièces ou plus et les maisons ont échappé à cette tendance. Ils affichent une hausse de 9,4%.

"Les bailleurs privilégient la solvabilité de leurs locataires plutôt que la rentabilité de leur investissement. Le placement locatif est un placement à long terme ; la récurrence des revenus est essentielle pour son financement", explique Century 21 dans son communiqué de presse.

Une autre tendance à Paris

En ce qui concerne la capitale, les données sont différentes. Avec la mise en place, le 1er août 2015, de l'encadrement des loyers par la loi Alur, l'effet modérateur a bien eu lieu sur les deux-pièces (-1,2%). Cependant, l'agence immobilière démontre qu'elle a incité les propriétaires bailleurs à appliquer des hausses de loyers, "notamment pour les grandes surfaces, lorsque celles-ci étaient sous-évaluées au regard du dispositif". Cela s'est, par exemple, traduit par une augmentation de 6% des loyers des 4 pièces.

Century estime qu'il "est indispensable de sortir du prisme parisien pour mesurer la sagesse dont fait preuve le marché locatif dans la fixation de ses prix". Elle ajoute, à propos de l'intervention des pouvoirs publics, que "nul encadrement n'est nécessaire : en 10 ans, en euros constants tenant compte de l'inflation, les niveaux de loyers ont reculé de 13% !"

Source : Biens gérés par le Réseau CENTURY 21.

Une reprise de la mobilité résidentielle

En s'établissant à 30% en 2015 contre 27% en 2014, la mobilité résidentielle a progressé grâce notamment à un marché immobilier favorable à l'acquisition. De nombreux locataires, encouragés par des taux d'intérêt historiquement bas et des prix orientés à la baisse depuis 2012 ont enfin pu concrétiser leur projet d'achat.

Le taux de mobilité parisien est, lui, de seulement 18%. En cause : le prix moyen d'une transaction sur la région en hausse de 3,9% sur 2015, ce qui n'encourage pas la primo accession, et la baisse de l'investissement locatif (-4,8% dans la capitale). Ajouté aux changements de destination des biens loués en réponse à l'encadrement des loyers, ils ont dégradé l'offre de biens disponibles sur le marché. Ce qui a amené les locataires à renoncer au déménagement.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info