Le bitcoin progresse pour la seconde année consécutive

Jacques-Olivier Busi • 12 Juillet 2016 • 11:11

La devise digitale a progressé de moitié depuis le début de l'année, atteignant les 650 dollars. Elle a profité de la réduction de l'offre et de la forte demande chinoise.

Le bitcoin progresse pour la seconde année consécutiveA l'annonce du Brexit, le bitcoin a gagné près de 70 dollars.

Le bitcoin est au sommet de sa forme. A 650 dollars, la devise digitale a progressé de moitié en ce début d'année, après une hausse de 40% en 2015. La raison principale de cet essor est la réduction de l'offre grâce à la division de la "prime de minage". Cette opération anticipée par le marché a contribué à faire progresser le cours du bitcoin.

En effet, les transactions sont assurées par des sociétés de "minage", qui reçoivent des bitcoins en échange de leur travail (1,2 à 1,5 million de dollars par jour). Jusqu'à la semaine dernière, ces sociétés recevaient 25 bitcoins pour leur participation. Aujourd'hui, elles ne touchent plus que la moitié, 12,5 bitcoins.

Cette baisse équivaut à une réduction de l'offre de bitcoin. Ainsi, plus le cours monte, moins ces sociétés de minage doivent vendre des bitcoins pour financer leurs opérations sur le marché, favorisant la hausse de devise. Une puissance informatique est nécessaire pour assurer les transactions, mais également très couteuse en énergie et en électricité pour ces sociétés. Aujourd'hui, 70% des créations de bitcoins se concentrent autour de quatre sociétés chinoises, signe de la concentration du secteur.

>> A lire également : Blockchain, Bitcoin, comment ça marche ?

Une réduction de l'offre tous les quatre ans

Cette division de la prime a lieu tous les quatre ans. A l'image de celle de 2012, le cours avait progressé dans les jours suivants mais surtout les semaines précédentes. La prochaine division aura donc lieu en 2020 à 6,25 bitcoins et ce jusqu'à la dernière création de bitcoin. Ce système permet de limiter et contrôler la masse monétaire du bitcoin et en faire une devise anti-inflationniste.

Les marchés et spéculateurs avaient anticipé cette baisse de l'offre de la devise digitale. Un cercle vertueux est donc créé puisque la hausse appelle la spéculation. La Chine se positionne d'ailleurs comme la plus forte demande, puisque les volumes spéculatifs chinois ont représenté près de la moitié des transactions cette année.


L'impact positif du Brexit sur la devise digitale

Le bitcoin a tendance à progresser au moment de l'arrivée d'incertitudes sur les monnaies traditionnelles comme par exemple une dévaluation ou encore une crise de confiance. Il en est de même pour des mauvaises nouvelles sur la finance mondiale. Ainsi, à l'annonce du Brexit, le bitcoin a gagné près de 70 dollars. Cette devise "anti-système" et "anti-establishment" n'est pas non plus une monnaie refuge. La raison : elle est beaucoup trop volatile. En effet, les variations de son cours sont 7,5 fois supérieures à celles de l'or et 25 fois plus grandes que celles du dollar.

De même, le bitcoin n'est pas sensible aux mouvements extrêmes du marché des changes. La devise est plutôt indifférente aux soucis de ses adversaires telles que la devise ether, victime d'une faille dans son réseau en juin.

En outre, cette devise bénéficie de son antériorité et de sa taille (10 milliards de dollars) par rapport aux autres monnaies qui ont émergé par la suite. Son cours est aujourd'hui supérieur à sa valeur fondamentale estimée à 588 dollars, coût de l'énergie nécessaire aux transactions.

>> A lire également : La technologie "blockchain" suscite l'intérêt des grands groupes financiers

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les banques en ligne

Notre fil d'info