Immobilier : le crowdfunding immobilier a explosé ces 4 dernières années

Mickaël Touré • 10 Avril 2019 • 14:18

En quatre années, le crowdfunding immobilier est passé de 30 millions collectés en 2015 à 185 millions fin 2018. Au total, c'est plus de 900 projets de promotion immobilière qui ont pu être financés. Explications.

Immobilier : le crowdfunding immobilier a explosé ces 4 dernières années

C'est une tendance qui peut paraître assez originale. Aujourd'hui de plus en plus d'investisseurs se tournent vers le financement participatif pour subventionner leurs projets.

Le crowdfunding présente de nombreux avantages et les promoteurs semblent prendre conscience des opportunités que peuvent créer cette solution de financement. À tel point que certains parlent déjà de révolution.

Au départ, le crowdfunding est utilisé quasiment exclusivement par les PME ou TPE

Bien sûr, plusieurs facteurs expliquent cette appétence soudaine pour le crowdfunding immobilier, à commencer par un nombre croissant d'investisseurs. Elle s'explique également par une prise de conscience. Celle des promoteurs, qui ont bien compris l'opportunité que représente ce mode de financement.

Au départ, le financement participatif était davantage utilisé par les très petites entreprises (TPE) ou par les petites et moyennes entreprises (PME). Pour elles, le crowdfunding représente souvent un moyen vital de faire aboutir un projet.

Cela se vérifie notamment au début du projet immobilier. Des premières études de faisabilité jusqu'à la livraison finale, les capitaux nécessaires sont bien souvent très importants.

Le crowdfunding permet alors d'accélérer le processus en aidant rapidement au financement des fonds propres. Une donnée de l'équation qui n'a pas échappé aux très grosses structures en quête de diversification de la provenance de leurs fonds propres, le tout à des coûts peu élevés.

Les gros promoteurs n'hésitent plus à faire appel au financement participatif

Comme expliqué précédemment, c'est la grosse évolution récente : le crowdfunding immobilier intéresse désormais les leaders de la promotion immobilière qui y voit l'opportunité d'augmenter leur cadence de développement.

Par ailleurs, le cadre juridique évolue également. Les nouvelles dispositions de la loi ELAN laisse présager une certaine reprise des permis de construire.De plus, jusqu'à présent le montant maximal légal de collecte par projet est plafonné à 2,5 millions. Grâce à la loi pacte ce montant devrait se voir rehausser jusqu'à 8 millions.

En réalité, le choix du crowdfunding est bien souvent le choix le plus pragmatique pour les promoteurs. En effet, dans la recherche de financement, le promoteur s'interroge d'abord sur le délai d'obtention du montant nécessaire pour couvrir les premiers frais des gros oeuvres.

Le tout en vérifiant bien sûr les conditions et les garanties demandées par le financeur (Fonds d'investissement, banques ou donc plateforme de Crowdfunding).

Grâce à cette solution de financement, le promoteur ne subit pas les mêmes contraintes ou pressions qu'il pourrait recevoir d'un fonds privé ou dans le cadre d'une co-promotion où le droit de regard et de décisions sur le déroulement du projet et des étapes peut être plus pesant.

Des temps de collectes records

Avec le choix du financement participatif, pour une demande de financement type, un promoteur peut recevoir une réponse favorable ou non d'un audit (réalisé en interne puis par des experts) en moins de dix jours.

Les contrats peuvent ensuite être émis en moins d'une semaine. Un gain de temps évident et non négligeable pour tout le monde.

La tendance est d'autant plus forte, que depuis un an les records de temps de collecte ne cessent de se succéder. En règle générale, une fois la collecte ouverte aux particuliers, les plateformes ont généralement un mois pour réunir les fonds et les transmettre aux promoteurs. (une semaine supplémentaire le temps de procéder à toutes les opérations de transfert).

Par exemple, il aura fallu à peine 6 jours pour réunir 1,5 M€ sur Homunity pour le compte d'UNITI, un acteur d'envergure nationale en fort développement.

Une tendance qui devrait s'intensifier

Avec l'augmentation du plafond de la loi pacte mentionné précédemment, le financement via le crowdfunding a probablement de belles heures à venir.

L'augmentation des plafonds devrait logiquement influencer les gros acteurs de la promotion immobilière qui cherchent souvent des financements supérieurs à 2 millions d'euros.

Il s'agit pour eux de lever en une fois des gros montants. L'intérêt est d'appliquer une seule fois la commission prise par la plateforme et les intérêts des investisseurs qui seront versés in fine.

Pour l'instant, les plateformes de Crowdfunding n'ont pas encore réussi à intégrer les solutions de financement des mastodontes de l'immobilier.

La raison est simple : les 10 premiers groupes leaders du secteur immobilier, dont Nexity, Bouygues, Vinci ou encore Kaufman & Broad, disposent eux d'autres outils pour diversifier la source de leurs financements à moindre coût.

Ils ont notamment accès à un marché obligataire qui leur permet d'émettre des obligations à des tarifs beaucoup plus élevés et à des taux beaucoup plus intéressants pour eux.

Pour autant, à moyen terme, les promoteurs du top 10 pourraient bien se tourner vers cette solution pour se diversifier.

Les plateformes de crowdfunding sont déjà prêtes à accueillir de nouveaux acteurs. Elles ont déjà commencé à adapter leurs structures pour des promoteurs beaucoup plus importants.

Une chose est sûre, le marché du financement participatif représente à coup sûr une solution d'avenir pour les leaders de la promotion immobilière. 

>> À lire également 

La Proptech a le vent en poupe

Les prix de l'immobilier flambent dans les grandes villes françaises


 

 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info