Immobilier : quels impacts vont avoir les réformes d'Emmanuel Macron ?

Julien Gal • 23 Juin 2017 • 14:15

Le cabinet Xerfi a analysé les impacts que pourraient avoir les réformes d'Emmanuel Macron proposées durant la campagne présidentielle en matière de logement. L'une des mesures analysées est la transformation de l'impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune Immobilière (IFI).

Immobilier : quels impacts vont avoir les réformes d'Emmanuel Macron ?Les propositions en matière de logement d'Emmanuel Macron sont nombreuses

Les mesures d'Emmanuel Macron en matière de logement, figurant sur le programme officiel de son parti En Marche sont nombreuses : taxe d'habitation, bail de mobilité immobilière, transformation de l'ISF en IFI et de nombreuses autres. 

Le cabinet d'analyses économiques Xerfi a analysé l'impact de la mesure phare annoncée par le nouveau président de la République durant la campagne présidentielle, la transformation de l'impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune Immobilière (IFI).

Le cabinet précise tout d'abord que le nouveau gouvernement hérite d'un marché immobilier exceptionnel, tant sur l'ancien que sur le neuf, avec une véritable tendance haussière. Pour exemple, dans l'ancien, les transactions arrivent jusqu'à 900.000 unités annuelles et les prix ne cessent d'augmenter dans les grandes villes. Même constat sur l'investissement locatif qui est à la hausse grâce à la loi Pinel. 

Cette situation devrait rester la même et peut-être s'amplifier puisque Xerfi indique que les réformes de Monsieur Macron, bien qu'elles risquent de changer la donne, ne casseront en rien l'état du marché immobilier actuel.

Aucun impact sur le marché de la résidence principale 

La transformation ISF – IFI concernera donc désormais uniquement les fortunes immobilières. Cette mesure conservera les mêmes règles que l'ISF, mais elles s'appliqueront désormais uniquement sur l'immobilier. 

Les personnes concernées par cette mesure sont celles détenant un patrimoine net taxable de plus de 1,3 million d'euros, celles détenant une résidence principale (avec un abattement de 30 %) ainsi que les résidences secondaires et patrimoines locatifs (quant à eux à 100 %). 

Les patrimoines immobiliers supérieurs à 1,3 million d'euros étaient déjà redevables de l'ISF et garderont le même système qu'auparavant, à savoir six tranches d'imposition et un plafonnement. 

Pour eux, la situation ne changera donc pas, elle risque même d'avoir des avantages. Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision chez Xerfi ajoute à ce propos : "Mieux, la situation va s'améliorer pour les détenteurs en parallèle de valeurs mobilières (actions, obligations, parts de Sicav etc.) qui vont sortir de la base taxable"

Point noir : les risques sur l'investissement locatif 

Le maintien de la taxation du patrimoine locatif va de fait rendre le placement immobilier moins attractif que les valeurs immobilières, qui sont exclues de l'impôt sur la fortune immobilière prônée par Emmanuel Macron. 

Cependant, pas de panique, puisque le nouveau chef de l'Etat a prévu de mettre en place une "flat tax", un impôt à taux unique qui s'applique indifféremment sur tous les contribuables, contrairement à l'impôt progressif celui sur le revenu par exemple. 

Aujourd'hui, les propriétaires sont taxés à 45 % de leurs revenus locatifs et la "flat tax" prévoit de ramener ce taux à 30%. Ainsi, les propriétaires seront gagnants. 

>> A lire egalement : Election présidentielle : le programme fiscal d'Emmanuel Macron

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info