La quasi-stagnation des taux de crédits immobiliers au mois de juin

Jacques-Olivier Busi • 04 Juillet 2017 • 12:35

Selon la dernière étude Crédit Logement/CSA, les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques en France ont été quasi stables au mois de juin. Une hausse infime est observée, preuve que l'essoufflement de la hausse perdure depuis février.

La quasi-stagnation des taux de crédits immobiliers au mois de juinLe taux moyen est de 1,58% pour l'accession dans le neuf et également de 1,58% pour l'accession dans l'ancien.

La tendance haussière bat de l'aile. En effet, selon l'observatoire Crédit Logement/CSA, les taux de crédits immobiliers du secteur concurrentiel (toutes durées confondues) se sont établis en moyenne à 1,57% au mois de juin, contre 1,56% au mois de mai.

Cette quasi-stagnation démontre que même si les taux sont remontés depuis décembre 2016, "le plus fort de la hausse s'était constaté en février dernier : mais depuis mai, la hausse n'est plus que négligeable (1 point de base par mois), exprimant plus la déformation de la structure de la production qu'une véritable remontée des taux" précise le communiqué de presse.

"Ainsi les taux sont simplement revenus à leur niveau du début de l'été 2016 : mais le rythme annuel de l'inflation était alors de 0,2%, contre 1,2% en juin 2017", poursuit l'étude. "En elle-même, cette remontée est sans incidence sur la solvabilité de la demande". Cependant, la hausse des prix "pèse de plus en plus lourdement sur une demande qui s'affaiblit".

La durée moyenne des prêts immobiliers est de 216 mois

Dans le détail, le taux moyen est de 1,58% pour l'accession dans le neuf et également de 1,58% pour l'accession dans l'ancien. Ces taux sont encore attractifs puisqu'ils sont encore inférieurs à ceux de juin 2016, avec -2 points de base dans l'ancien et -12 points de base dans le neuf.

Enfin, en juin 2017, la durée des prêts immobiliers s'est établie en moyenne à 216 mois, légèrement en hausse par rapport au mois précédent. "Dans l'ensemble, les conditions de crédit actuelles facilitent toujours la résiliation des projets d'accession, sur des durées longues" donc favorables aux primo-accédants plutôt jeunes ou modestes.

>> A lire également : Renégociation de prêts immobiliers : l'UFC-Que Choisir dénonce les pratiques bancaires

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info