Crédit immobilier : les taux restent faibles malgré une légère hausse

Marie Nahmias • 06 Novembre 2015 • 10:39

Les taux d'intérêt des crédits immobiliers sont légèrement remontés depuis le mois de juin. Rien d'alarmant pour autant, selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA du 3e trimestre 2015, dévoilé jeudi. Avec l'allongement des durées des prêts, ces faibles taux profitent essentiellement aux jeunes et aux ménages modestes.

Crédit immobilier : les taux restent faibles malgré une légère hausseLes Français mettent en moyenne 17,7 ans à rembourser leur prêt immobilier.

Que les emprunteurs se rassurent, malgré une faible remontée cet été, les taux d'intérêt dans l'immobilier demeurent exceptionnellement bas. Selon le rapport trimestriel de l'Observatoire Crédit Logement/CSA, dévoilé jeudi 5 novembre, on observe en effet une nette diminution des taux pour les particuliers depuis trois ans. Ainsi, septembre 2015 affiche un taux moyen à 2,21%. En comparaison, au même mois de l'année 2012 il était de 3,43%.

S'il est vrai que les taux sont quelque peu repartis à la hausse cet été (2,01% en juin contre 2,21% en septembre), il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Et ce, en partie parce que le maintien des emprunts sur des longues durées "atténue largement la hausse des taux des crédits observée depuis le mois de juin" confie Michel Mouillart, Professeur d'économie à l'Université Paris Ouest.

La durée moyenne de remboursement des prêts s'allonge en effet depuis le printemps 2014, pour atteindre au mois d'octobre 17,7 ans. L'étirement de ces emprunts permet de baisser les mensualités, donnant aux jeunes et aux ménages avec peu de ressources plus de chances d'accéder à la propriété.

Les apports personnels au plus bas

Le retour de ces populations sur le marché de l'acquisition immobilière explique un niveau d'apport personnel très bas. L'étude menée par l'Observatoire Crédit Logement/CSA constate une baisse de 9,7% depuis 2014. "Nous assistons probablement au niveau le plus bas depuis le début des années 2000 " souligne Michel Mouillart.

La conjoncture actuelle est donc plutôt favorable pour accéder à la propriété, car si le prix des logements n'a que très peu reculé en France depuis 2011, la diminution des taux des crédits immobiliers équivaut à un abaissement des tarifs de l'ordre de 16%, soit une baisse de 3.8% par an, précise le rapport.

>> Lire aussi : Plus d'un Français sur deux épargne moins de 50 euros par mois

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info