Il meurt sans révéler son mot de passe : 190 millions de dollars perdus

Luigi Delmet • 05 Février 2019 • 11:33

190 millions de dollars. C'est la somme que Gerald Cotten, PDG de QuadrigaCX, conserve précieusement dans un coffre-fort numérique. Le problème, c'est qu'il est mort à l'âge de 30 ans, sans révéler le mot de passe.

Il meurt sans révéler son mot de passe : 190 millions de dollars perdusPrès de 160 millions d'euros dorment dans le coffre-fort

En arrivant sur le site de QuadrigaCX, seul un bref message apparaît : "nous avons beaucoup travaillé pour régler nos problèmes de liquidité, notamment en essayant de localiser et de sécuriser nos réserves très importantes de cryptomonnaie détenues dans des portefeuilles froids... Malheureusement, ces efforts n'ont pas été couronnés de succès".

En d'autres termes, l'entreprise canadienne a perdu les clés de son coffre virtuel. Les pertes elles, estimées à 190 millions de dollars, sont en revanche bien réelles. Mais comment en est-on arrivé là ? Pour comprendre toute l'histoire, il faut remonter à son origine.

Gerald Cotten est le fondateur de QuadrigaCX, un site canadien sur lequel il est possible d'acheter et de vendre des bitcoins, ainsi que d'autres crypto-monnaies. Pour rendre les dépôts de ses clients hermétiques aux piratages, courants dans le milieu, l'entrepreneur met rapidement en place un système de sécurité.

Il était le seul à connaître le mot de passe

Celui-ci prend la forme d'un "portefeuille froid", c'est-à-dire d'un lieu de stockage hors ligne protégé par le chiffrement des données. Seul le mot de passe peut alors donner accès aux éléments entreposés. Cette méthode est très efficace, mais repose sur deux conditions essentielles : choisir un mot de passe fort, avec des nombres, des lettres et des signes de ponctuation, mais aussi et surtout, ne pas l'oublier.

Gerald Cotten était le seul à connaître le code pour accéder aux fonds des dizaines de milliers de clients de sa société. Ce dernier est décédé le 9 décembre 2018 en Inde, suite à des complications de la maladie de Crohn, alors qu'il ouvrait un orphelinat dans ce pays.

L'ordinateur toujours indéchiffrable

Le dernier espoir pour QuadrigaCX et ses clients repose sur l'ordinateur personnel du défunt. Malheureusement, celui-ci est également crypté. Sa femme, Jennifer Robertson, ne connaît pas là non plus le mot de passe pour le débloquer.

Résultat, la veuve a fait appel à un expert informatique, dans l'espoir de briser cette barrière, mais même si celle-ci cède, il n'est pas certain de trouver les indications nécessaires pour retrouver les fonds. D'ailleurs, pour l'instant, aucune tentative n'a réussi.

Un mort mise en scène ?

Les circonstances de cette affaire ont conduit à l'émergence de certaines théories. Parmi elles, celle selon laquelle Gerald Cotten ne serait pas vraiment mort, mais aurait mis en scène son décès afin de s'enfuir avec l'argent. Cela s'appuie sur le fait qu'il est très rare pour un dirigeant de ce genre de service d'être le seul détenteur du mot de passe, surtout lorsque ce dernier est atteint d'une maladie grave.

Autre fait troublant, selon la presse canadienne, le testament du PDG aurait été déposé à peine deux semaines avant sa mort. Même si cela ne remet rien en cause, on peut se demander pourquoi il n'a pas confié, à cette occasion, le mot de passe à l'un de ses proches.

Il est néanmoins très peu probable qu'il s'agisse d'une fraude. La veuve Jennifer Robertson a, selon Radio-Canada, le certificat de décès de Gerald Cotten. Reste à voir si les utilisateurs pourront récupérer un jour leur argent.

>> Sur le même sujet

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les banques en ligne

Notre fil d'info